« Yamoussoukro ou le pardon électoraliste de Ouattara » (Opinion)

Alassane Ouattara dans la Mé, samedi 3 août 2019

Un pardon sincère, motivé ou à visée électoraliste ? Dans tous les cas,l’on continue de surfer sur cette miséricorde qu’a sollicitée publiquement  le Chef de l’exécutif Ivoirien auprès des populations Akouê et Nanafouê de Yamoussoukro après  les pluies de promesses de 2010 non tenues  sur la terre natale du père fondateur, Félix Houphouët Boigny.

« (…)   Lors de la campagne présidentielle de 2010, ici même à cette place Jean Paul II, j’avais pris l’engagement de m’installer dès mon élection ici à Yamoussoukro ; et de procéder au transfert effectif de la capitale. Malheureusement, je ne savais pas ce qui m’attendait. Oui malheureusement, l’état de délabrement et je dirai même de destruction dans lequel nous avons trouvé le pays ne nous a pas permis d’honorer cet engagement. Je voudrais m’en excuser », a avoué  le  président Alassane Ouattara.  

A lire aussi : Côte d’Ivoire : « Bédié prendra la parole le 19 octobre 2019 à Yamoussoukro »

Pourquoi avoir attendu  à 13 mois des prochaines joutes présidentielles de 2020 pour se souvenir de la capitale politique ? A-t-on oublié les belles promesses faites à l’endroit de cette ville ? Vraisemblablement, cela  s’apparente à une quête de l’électorat pour le candidat du RHDP à cette prochaine présidentielle. Deux schémas se présentent  à cet effet.  Soit le président du RHDP, Alassane Ouattara qui ne s’est pas encore  prononcé, rempile pour un troisième mandat, dans ce cas, cette noble démarche pour la rémission est en sa faveur, soit il le fait pour préparer le lit à son dauphin qui sera le candidat du Rhdp unifié.  Reste à savoir si les fruits vont tenir la promesse des fleurs.

En tout  état de cause, il n’est pas certain que ce  réveil tardif et cette affection subite pour la ville natale du père fondateur après les promesses de 2010, puissent ébranler les populations de Yamoussoukro car derrière  toutes ces actions tous azimuts de développement entreprises  ça et là  se dégage une odeur de précampagne pour la présidentielle de 2020. Mais les populations, dans leur grande majorité, sont unanimes pour dire que ce que le pouvoir n’a pu réaliser en 9 ans, il serait  impossible qu’il le fasse en 13 mois.  C’est dire que le transfert de la capitale à Yamoussoukro n’est pas pour demain !

J.N.

  •  
    138
    Partages
  • 138
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info