Venance Konan prévient : « Gbagbo va rouler Bédié dans la farine »

Pendant longtemps, l’on nous a rebattu les oreilles que sans Gbagbo, il ne saurait y avoir de réconciliation dans ce pays. Ce qui signifiait qu’il suffisait de libérer l’ancien président pour que ce pays retrouve la concorde et l’entente entre ses enfants. Pendant ce temps, le parti de Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI), était divisé entre deux camps irréductibles.