Vagondo, Doumbia et Hamed Bakayoko : Qui a osé décoller des Mi-24 pour des manifestants à mains nues à Bouaké ?

Des Mi24 survolent le ciel de Bouaké, lors d'une manifestation de protestation de civils à Bouaké, le 3 octobre 2019

Qui a donné l’ordre pour que deux Mi-24, des avions de guerre et de combat, soient décollés depuis leur base d’Abidjan, pour aller survoler le ciel de Bouaké, où des manifestations de civils aux mains nues, avaient éclaté, le 3 octobre 2019, en marge du procès de Jacques Mangoua, vice-président du PDCI et président du conseil régional de Bouaké ?

Deux Mi-24 se suivant à distance raisonnable dans le ciel de la deuxième ville de Côte d’Ivoire. Le spectacle a été traumatisant pour les populations de Bouaké. Après l’épisode de la rébellion armée de 2002 à 2011 où les « kakamou » de Laurent Gbagbo, comme on les avait surnommés dans l’ex-capitale des Forces armées des Forces nouvelles (FAFN de Guillaume Soro), les populations espéraient ne plus voir ces engins de la mort dans leur ciel.

Erreur d’appréciation. Puisque ce jeudi, aux heures chaudes de la contestation des manifestants aux mains nues, un ordre a été donné à des pilotes, afin que deux Mi-24 décollent depuis la base aérienne d’Abidjan. Ces engins (voir vidéo en cliquant sur ce lien) ont survolé durant des minutes, le ciel de Bouaké, au dessus des manifestants.

A lire aussi. Côte d’Ivoire : Qui est le Général Vagondo Diomandé, nouveau ministre de la Sécurité (CV) ?

Aucun coup de feu n’a été tiré de ces engins. Le mort de Djébonoua, Romaric Kouakou est intervenu suite à une action militaire terrestre. La question qu’on se pose dès lors est : qui a osé donné ordre pour que ces Mi-24, avions de guerre et non de maintien d’ordre, décollent ? Personne au sein des ministères de la Défense et de la Sécurité ne souhaite s’exprimer officiellement.

Des Mi-24 pour des civils sous Ouattara : impensable

« Une chose est certaine, il y a trois personnalités qui auraient pu prendre cette responsabilité historique sous le pouvoir Alassane Ouattara : le ministre de la Défense Hamed Bakayoko, le ministre de l’Intérieur, le Général Vagondo Diomandé et le Général Cema Lassana Doumbia », explique un expert en défense. Pour l’heure, les proches de ces trois personnalités ne souhaitent pas se prononcer, mais les langues se délient autour d’elles.

Le RDR d’Alassane Ouattara avait toujours critiqué l’usage des MI-24 par le pouvoir de Laurent Gbagbo, lors des manifestations civiles, dans les années de son pouvoir. D’où vient-il que des Mi-24 sont décollés à l’occasion de manifestations de personnes aux mains nues ? Jusqu’où les pilotes de ces engins de la mort pourraient-ils aller à la vue de manifestants hostiles au pouvoir RHDP à l’avenir ? Qui oserait assumer une telle lourde responsabilité dans un contexte d’exaltation de la peur, à mesure que la présidentielle d’octobre 2020 approche ? Nous y reviendrons sans doute.

Emmanuel Gautier

  •  
    730
    Partages
  • 730
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info