Un député PDCI formel : « Il faut aider Amadou Soumahoro »

Marius Konan, député PDCI d'Attiégouakro

Marius Konan, député PDCI d’Attiégouakro a produit une contribution intitulée « Il faut aider le PAN » Amadou Soumahoro. Nous vous le proposons.

Depuis le 1er Avril 2019, l’Assemblée nationale a fait sa troisième rentrée parlementaire de la première législature sous la troisième République avec un nouveau Président. Depuis lors, l’ancienne chambre unique du parlement ivoirien peine à retrouver ses marques.

D’abord un débat honteux s’est ouvert sur l’utilisation du bulletin unique nécessaire pour garantir le caractère secret des votes. Une proposition de l’opposition parlementaire rejetée par la majorité. L’opposition parlementaire n’a donc pas participé à l’élection du PAN parce que ne comprenant pas ce que perdraient les tenants de la thèse des bulletins multiples quand le bulletin est unique.

Ensuite, s’est ouvert l’épisode des rappels de Députés mandatés par notre institution auprès des Assemblées interparlementaires soldé par des échecs. Entre temps la composition du bureau de l’Assemblée nationale qui devait refléter la configuration politique de l’institution conformément aux textes en vigueur est remise en cause; conséquence immédiate: la non-participation de l’opposition parlementaire créditée de 37% sur le nombre total de Députés aux activités du bureau.

La présence effective de l’opposition parlementaire consacrée par l’article 100 de la Constitution du 8 Novembre 2016 est foulée aux pieds. Le bureau de l’Assemblé nationale et les bureaux des commissions permanentes de l’institution sont uniquement composés de Députés du parti au pouvoir. L’opposition parlementaire, si cette appellation a encore du sens, participe juste aux travaux pas plus.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Amadou Soumahoro a-t-il nommé son fils à l’Assemblée nationale ?

Le dernier tableau qui achève de convaincre que tout va mal à l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, c’est la présence de deux délégations ivoiriennes au 27e sommet de L’APF avec à la clé, la tentative manquée de substitution du vice-président de cette institution communautaire par un autre Ivoirien alors que le précédent n’a pas encore achevé son mandat. Quand va-t-on s’arrêter pour se rendre compte que tout va mal dans notre institution où devaient prévaloir la culture démocratique et l’engagement manifeste de la représentation nationale à promouvoir la réconciliation des Ivoiriens.

Celui qui est fort en ce moment frustre sans remords le plus faible. Qu’est-ce qui aveugle certains collègues à ce point?Nos différentes posturespolitiques devraient être une source de richesse pour notre démocratie en construction. Les inquiétudes des faibles devaient être dissipées par les assurances données par les plus forts. La Côte d’Ivoire pour laquelle nous nous sommes engagés, c’est celle de Félix Houphouët-Boigny qui fait revenir Laurent Gbagbo d’exil pour participer à la vie démocratique du pays.

La Côte d’Ivoire pour laquelle je me suis engagé, c’est celle du Président Laurent Gbagbo qui organise un Forum de réconciliation nationale et qui tend la main à ceux qui ont assassiné Boga Doudou, Dagrou Loula et autres. C’est celle qui donne des chances à la paix et à la réconciliation. Le pouvoir nous déforme et l’opposition nous reforme.

Il faut sauver l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire parce que les Hommes passeront et l’institution doit gagner et garder la confiance du peuple.

Gérons la chose publique en bon chef de famille.

Bonne fête des pères au Président Alassane Ouattara, Président de la République de Côte d’Ivoire. Bonne fête des pères au Président Henri Konan Bédié.

K.K MAN JUSU

Un député révèle : “C’est Ouattara qui a décidé que les Ivoiriens payent 5000 FCFA pour la CNI”
Côte d’Ivoire : Mabri continue de défier Ouattara, un président de jeunesse UDPCI installé
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info