Tentative d’enlèvement de Bamba Moriféré : Ce qui s’est réellement passé

Bamba Moriféré

Bamba Moriféré

Des hommes en tenue policière ont rendu une visite au président du Rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire (RPCI), le Professeur Bamba Moriféré dans la nuit du samedi 6 juillet 2019. Affoussiata Bamba-Lamine qualifie cet acte de tentative d’enlèvement de Bamba Moriféré.

Après la clôture du meeting des partis de l’opposition dont il est l’un des fers de lance, Bamba Moriféré s’ est tiré d’affaires grâce à l’intervention de Me Affoussiata Bamba-Lamine suite à la descente d’hommes en uniformes à son domicile.

« Ce soir (hier, ndlr) il s’est déroulé au domicile du Professeur Bamba Moriféré des faits très graves. Tellement graves qu’ils méritent d’être portés à l’attention non seulement de la communauté nationale mais également de la communauté internationale. Une cohorte d’hommes en uniforme sont arrivés à son domicile pour soi-disant l’auditionner. Donc, au motif de cette audition qu’ils voulaient entreprendre, ont forcé la résidence qui était gardée par sa sécurité, ils sont rentrés chez le Professeur Bamba Moriféré, ils voulaient l’entendre. Il y avait une vingtaine de personnes, 25 personnes. Tant de la gendarmerie, du commissariat du 30ème ont-ils dit, également des hommes avec un véhicule où il était marqué Groupement d’intervention mobile », a déclaré Me Affoussy Bamba, également fille de l’ancien ministre.

A lire aussi. Côte d’Ivoire : Le RHDP ou la logique de parti unique !

A en croire l’ex-ministre de la Communication du Président Alassane Ouattara, toutes ces personnes voulaient entendre Bamba Moriféré en violant « le principe de l’inviolabilité du domicile privé. Ils estiment qu’ils ont une audition à entreprendre en plus à une heure indue, pratiquement 20h passées. J’étais à son domicile à ce moment et je leur ai dit que ce n’était pas possible de l’entendre parce que je voulais voir s’ils étaient munis d’une convocation. Ils m’ont dit qu’ils avaient reçu des instructions. Je leur ai dit que les instructions que vous avez ne peuvent pas être verbales parce qu’il s’agit ici des droits de la personne (…) », explique davantage Affoussy Bamba.

Tentative d’enlèvement de Bamba Moriféré et principe d’inviolabilité

« Je leur ai demandé de partir ils ont refusé au départ, il s’en est suivie une discussion entre eux et moi et la sécurité qui était là. En réalité, ce que j’ai compris très rapidement, il s’agissait d’une tentative d’enlèvement du Professeur Bamba Moriféré. Parce qu’ils ne peuvent pas m’expliquer qu’ils soient venus à ce nombre si important pour juste venir l’entendre. N’eut été ma présence et des personnes qui étaient là, je pense que l’irréparable aurait pu être commis. Heureusement que nous étions là, ils ont rebroussé chemin et s’en sont allés », a-t-elle précisé.

Dénonçant au passage : « Nous sommes dans un état de non droit. On le dit, ont le redit et aujourd’hui, nous en avons eu la manifestation. Il était important que je le dise et montrer que nous n’avons pas peur donc ce ne sont pas ces intimidations, ces menaces qui vont empêcher les Ivoiriens de s’exprimer. Nous allons dire ce qu’il y a à dire ».

Plus grave, selon le proche d’Affoussy Bamba : « Je viens d’arriver du commissariat du 30ème arrondissement où j’ai rencontré l’officier de permanence. Je me suis entretenu téléphoniquement avec son chef de service, le commissaire du 30ème arrondissement. Tous deux m’ont fait savoir qu’ils n’étaient pas informés de cette descente policière. Le commissaire m’a suggéré de m’approcher de la Préfecture de police pour avoir de plus amples informations. Les personnes habillées en corps habillés se sont réclamées ête du 30ème arrondissement. Donc ça contraste avec ce que les responsables de cette unité ont fait savoir ».

Pour finir, le proche Affoussy Bamba précise que « Le professeur Bamba Moriféré n’a pas la prétention de se mettre au-dessus des lois ou des règlements. Il est respectueux de la loi et du droit. Si une opération de police doit l’auditionner, il faut que cela se fasse selon les normes ».

Prince Beganssou

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prince Beganssou

Read Previous

Le PDCI marche en France pour la 1ère fois en 73 ans : « Trop c’est trop ! »

Read Next

Après ses débâcles politiques successives, Soro parle : « La lutte continue »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *