Taux de chômage entre 70 et 90% ? « Ce que le gouvernement dit, c’est d’aller au-delà de ces chiffres » (Mamadou Touré)

Pour le ministre Mamadou Touré, il faut aller au-delà des chiffres sur le chômage en Côte d’Ivoire. C’est ce à quoi s’attelle le gouvernement, à l’en croire, lors de son rendez-vous avec la presse, le jeudi 27 juin 2019. Morceaux choisis.

« Le taux de 2,6 % n’est pas faux, mais c’est selon les critères de l’OIT. Toutefois, ce taux qui est bas masque une grosse réalité. Ces tous ces jeunes gens qui sortent de la définition du chômage, parce que vivotant à travers des petits jobs, qui sont obligés de retourner à l’école, parce que n’ayant pas eu donc du travail. Mais dès que vous êtes à l’école vous n’entrez plus dans le lot des chômeurs (…)

Ce que le gouvernement dit, c’est d’aller au-delà de ces chiffres et de regarder l’autre aspect de ces jeunes et les traiter à travers les différents programmes déclinés ». « Le taux de chômage strict est de 2.6%. Mais aujourd’hui, il y a des jeunes découragés, puisqu’un jeune qui ne travaille pas ou qui est sans emplois, mais qui a arrêté de chercher du travail ne rentre plus dans la définition du chômeur à en croire l’OIT.

A lire aussi : A Bouna, le député RDR lutte contre le chômage en “offrant” 800 permis de conduire

Nous appelons cette catégorie des jeunes découragés. Et puis vous avez des jeunes en situation de précarité et de vulnérabilité par rapport à l’emploi. Le taux combiné de chômeur strict, c’est-à-dire les 2.6%, plus les découragés, plus les vulnérables ça fait 27% ». « La BAD dit que dans la plupart des pays pauvres le taux de chômage est très bas. Plus les pays sont pauvres, le taux de chômage est bas. Et plus les pays sont à revenus intermédiaires ou élevés le taux de chômage est élevé.

La BAD qui est d’accord avec nous pour dire que les critères de l’OIT ne peuvent pas à eux seuls suffire pour prendre en compte la réalité des jeunes dit dans son étude que ce qui pourrait expliquer cette incohérence apparente c’est que plus les gens sont pauvres, plus ils sont obligés à s’adonner à des petits métiers pour pouvoir s’en sortir. De ce fait, ils ne sont plus du lot des chômeurs. (…) ».

« Après avoir donné le taux de chômage dans certains pays, la BAD va plus loin. Elle dit qu’il y a des emplois irréguliers. Ce sont les emplois familiaux, les emplois temporaires, les petits jobs que des jeunes font de temps en temps. Lorsqu’on prend le taux combiné d’emploi du taux de chômage strict, plus les emplois irréguliers, dans la plupart des pays africains, on se retrouve entre 70 et 90 %.

La BAD dit dans son rapport par exemple que le Bénin qui a un taux de chômage de 1.7%, mais lorsqu’on ajoute les emplois irréguliers (taux de chômage + emplois irréguliers) on se retrouve à 90%. Et qu’en Côte d’Ivoire, on est entre 70 et 90% ».

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prince Beganssou

Read Previous

Côte-d’Ivoire : Qui est Bruno Essoh Yedoh, le nouvel évêque de Bondoukou, nommé par le Pape François ?

Read Next

Côte d’Ivoire : Un autre mouvement pro-Soro adhère à la plateforme de Bédié

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *