Rwanda : Qui est Ashish Thakkar, miraculé de l’hôtel Mille collines, qui va fabriquer le 1er smartphone africain

Ashish Thakkar et Paul Kagamé

Après 23 ans de commerce de divers produits technologiques par l’intermédiaire de Mara Group, Ashish Thakkar a lancé officiellement Mara phones, la première usine de production de smartphones en Afrique, en présence du président Paul Kagamé, le lundi 08 octobre 2019, lors d’une cérémonie dans la capitale rwandaise.

La firme entend produire des smartphones « de haute qualité à un prix abordable » et proposera dans un premier temps deux modèles : Mara X et Mara Z. Leurs particularités : une batterie longue durée, un large espace de stockage et une mise à jour de la version Androïd sur 2 ans, grâce à un partenariat étroit avec Google, apprend-on.

Qui est Ashish Thakkar ?

A la tête d’un conglomérat panafricain opérant dans de multiples domaines allant de la technologie au BTP en passant par l’agriculture, Ashish Thakkar est un entrepreneur ougando-britannique basé à Dubaï, dont l’histoire personnelle force l’admiration.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : l’AIP reçoit du matériel informatique et numérique de 10 000 000 FCFA

Son histoire commence en 1981, lorsqu’il voit le jour à Leicester, en Angleterre. C’est là que ses parents, issus de la quatrième génération d’Indiens installés en Afrique, avaient trouvé refuge une fois que le dictateur ougandais, Idi Amin Dada, eut décidé, en 1972, d’expulser du pays les 50 000 commerçants indo-pakistanais qui en constituaient le poumon économique. En 1993, la famille d’Ashish décide de revenir sur le continent africain, cette fois au Rwanda. Las, un an plus tard, la situation du pays vire au drame avec le génocide des Tutsis. Le jeune garçon, alors âgé de 12 ans, et sa famille se mettent à l’abri de l’Hôtel des Mille Collines, devenu célèbre grâce au film « Hôtel Rwanda », avant d’être exfiltrés vers le Burundi et de se réinstaller plus tard en Ouganda.

À l’âge de 15 ans, Ashish Thakkar quitte l’école pour créer sa propre entreprise, le groupe Mara, en 1996, avec un prêt de 5 000 dollars. Il a commencé par importer des pièces d’ordinateur, notamment des claviers, des souris et des ordinateurs de bureau, lors de ses voyages hebdomadaires à Dubaï. Il a ouvert la petite IT entreprise dans un centre commercial en face de la boutique de son père à Kampala.

Vingt trois ans plus tard, sa petite entreprise a grandi et s’est même renforcée. Basée à Dubaï, elle est aujourd’hui présente dans 27 pays, dont 25 sur le continent africain. Selon diverses estimations, dont celles du magazine Forbes, l’entreprise générerait 11 000 emplois pour un milliard de dollars de chiffre d’affaires. De quoi faire de son fondateur, 38 ans à ce jour, le plus jeune milliardaire d’Afrique, un continent pour lequel cet hindou a une foi de charbonnier.

Fondation Mara

En 2013, Thakkar lance, en partenariat avec Bob Diamond, Atlas Mara, une société qui investit dans des établissements bancaires commerciaux en Afrique. Diamond, l’ancien directeur général de Barclays, et Thakkar se sont rencontrés lors d’une conférence organisée par leurs fondations, la Fondation Mara et la Fondation Diamond Family. Thakkar et Diamond ont levé un financement de 325 millions de dollars en décembre 2013, avant d’inscrire la société à la cote de la London Stock Exchange.

Créée en 2009, la fondation Mara a pour vocation de soutenir les jeunes entrepreneurs du continent africain à travers des programmes de financement et une plateforme de mentorat en ligne revendiquant 800 000 inscrits. Depuis 2015, il préside par ailleurs le Conseil pour l’entrepreneuriat au sein de la Fondation des Nations unies (soutenu financièrement par Dell, tout comme la conférence du Cap), et multiplie les prises de parole au sein desquelles il défend tour à tour la cause des femmes, des réfugiés, des entrepreneurs ou encore de l’Afrique.

Avec cette nouvelle firme, l’homme d’affaires entend contribuer à la création d’emplois, au développement de compétences dans la high-tech,… afin d’apporter une pierre supplémentaire à l’édifice économique rwandais, mais aussi africain.

Moïse Yao K.

  •  
    220
    Partages
  • 220
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info