Côte d’Ivoire : Que va faire le procureur après la découverte de munitions dans la maison d’un défunt à N’Douci ?

Une rue de la ville de N'Douci en avril 2019

L’affaire Jacques Mangoua continue de faire couler beaucoup d’encre et de salive. Selon son One Man Show sur les antennes de la radiodiffusion télévision Ivoirienne (RTI) le dimanche 6 octobre 2019, Braman Koné le procureur de Bouaké, tous les objets trouvés dans une demeure appartiennent automatiquement au propriétaire de ladite demeure.

Alors que selon un article de l’Agence ivoirienne de presse (AIP), des munitions et des tenues militaires ont été retrouvés dans la maison d’un défunt à N’Douci. Que va donc faire le procureur ? «Plusieurs munitions de différents calibres ainsi que des tenues militaires défraichies dont des habits, des T- shirts, des coiffes et deux paires de chaussures rangers, ont été découverts le 1 er octobre, par la brigade territoriale de la gendarmerie de Tiassalé, dans le village de Batéra (commune de N’Douci, sur la route qui mène à la sous préfecture de Gbolouville)», signifie la dépêche de L’AIP.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : 5 000 munitions de fusil calibre 12, saisies à Niablé

Bien que confirmée par les autorités administratives et sécuritaires de Tiassalé selon l’article, cette découverte fera l’objet d’enquête d’autant plus que des témoignages ont indiqués que le propriétaire de ladite maison était de nationalité Nigériane. Et, est décédé depuis longtemps. Que va donc faire le procureur de Tiassalé, face à cette découverte dans la zone de compétence de son parquet ?

D’autant plus que son collègue du Themis Braman Koné procureur de Bouaké a bien signifié: «Monsieur Mangoua Jacques dit que les munitions et les machettes que nous avons trouvées ne lui appartiennent pas, s’il s’agissait alors d’une valise rempli d’or, qu’on avait trouvée à son domicile, il est présumé en être le propriétaire. C’est à lui d’apporter la preuve que cette valise ne lui appartient pas. Il faut qu’on soit sérieux, il faut qu’on évite de payer du koutoukou pour donner à des jeunes pour les amener à l’abattoir ».

Notons que l’argument clé relevé par le procureur de Bouaké pour avoir été très expéditif dans le dossier Jacques Mangoua est la situation d’affrontements communautaires qui a eu lieu courant avril et mai 2019 entre des autochtones baoulé et des malinkés dans le département de Beoumi. Rappelons par la même occasion qu’en janvier 2019, des affrontements ont aussi éclaté entre des groupes de jeunes abbey autochtones et jeunes malinkés à N’Douci. La réaction du procureur, chef du parquet de Tiassalé est donc très attendue, si tel est que l’affaire Jacques Mangoua n’était pas un dossier politique comme veut le faire croire Braman Koné et des partisans du dû RHDP.

Roxane Ouattara

  •  
    446
    Partages
  • 446
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info