Procès Gbagbo : Le juge a enfin déposé sa décision écrite, vers un appel écrit de Bensouda

Du rebondissement dans le procès Gbagbo et Blé Goudé. Le Juge Cuno Tarfusser a enfin déposé la décision écrite et motivée relative à l’acquittement qu’il a prononcé le 15 janvier 2019. En effet, par cette démarche, le Juge Cuno Tarfusser vient déposer un cachet véritable sur l’acquittement de l’ancien président Laurent Gbagbo et de son ministre Charles Blé Goudé cinq mois après.

Notons que depuis le 15 janvier 2019, le juge Cuno Tarfusser avait prononcé l’acquittement et la remise en liberté des deux ivoiriens. La Cour a alors décidé de suspendre la levée d’écrou des deux hommes jusqu’au lendemain. Le procureur avait alors maintenu les deux hommes en cellule afin de permettre au, afin de permettre à la Procureur d’étudier sa décision.

A lire aussi. Côte d’Ivoire : Blé Goudé apporte son soutien à l’opposition concernant la CEI

Au lendemain, alors que tous les ivoiriens s’attendaient au relâchement des deux hommes. Fatou Bensouda et son bureau demande le maintien en détention des deux hommes. Selon le bureau du procureur, il existe des risques que les deux détenus ne se présentent pas lors des prochaines convocations de la justice internationale.

Finalement, la Cour présidée par le Juge Cuno Tarfusser a purement et simplement rejeté les arguments du bureau de la procureur. Il a ordonné la mise en liberté immédiate de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Finalement, c’est cinq jours après qu’ils ont pu sortir de la prison de la Haye. Si Laurent Gbagbo a eu les faveurs des autorités de Bruxelles où il a pu rejoindre sa seconde épouse Nady Bamba.

Charles Blé Goudé quant à lui n’a pas eu de pays d’accueil. Il loge depuis le 5 février dans un hôtel en Hollande. Notons qu’en octobre 2018, le juge Cuno Tarfusser estimait déjà que Laurent Gbagbo avait trop duré en détention : « J’estime que 6 ans de détention préventive, c’est suffisant. Mais je promets que les juges feront leur travail sans parti pris. Nous allons évaluer les preuves et décider en toute objectivité. C’est vrai que ce n’est pas facile à prendre une décision unanime à trois. Nous sommes trois juges qui venons de systèmes juridiques différents mais, il nous appartient d’évaluer, à travers des échanges, la véracité des preuves».

Roxane Ouattara

  •  
    480
    Partages
  • 480
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roxane Ouattara

Read Previous

Recomposition de la CEI : Les députés d’opposition exhortent le Gouvernement à retirer ce projet de loi et à reprendre les discussions

Read Next

Côte d’Ivoire : Un procès sur l’assassinat de civils à Arrah, dévoile des méthodes mafieuses utilisées par des gendarmes

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *