Ouattara félicite Talon après des législatives violentes : La curieuse échelle des valeurs démocratiques du chef d’Etat ivoirien

Alassane Ouattara et Patrice Talon le vendredi 12 juillet 2019 à Abidjan

Alors que les dernières élections législatives au Bénin s’étaient déroulées sans aucun candidat de l’opposition, une décision qualifiée de « recul de démocratie » par de nombreux ONG de défense des droits de l’Homme, le président ivoirien Alassane Ouattara s’est, quant à lui, félicité vendredi 12 juillet 2019, de la bonne tenue de ce scrutin.

C’était à l’ouverture de la 21e Session ordinaire de l’UEMOA, qui s’est tenue au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan. Le « bon déroulement » de ce scrutin « traduit la maturité des acteurs politiques et l’enracinement de la démocratie (…) », a affirmé Alassane Ouattara sans gêne devant ses pairs de l’UEMOA. Et d’ajouter: « que les échéances électorales, prévues en 2020, dans d’autres pays de notre Espace Communautaire se tiendront également dans un climat apaisé, propice à la préservation de la paix et de la cohésion sociale, facteurs essentiels d’un développement inclusif et durable ».

A lire aussi : Autocratie naissante au Bénin : Wole Soyinka et 45 intellectuels africains écrivent à Talon

Pour certains observateurs, cette sortie du chef de l’Etat ivoirien est « maladroite ». Ce qui s’est passé le 28 avril dernier dans ce petit pays d’Afrique de l’Ouest réputé pour son bon respect des principes démocratiques est une grave atteinte à la démocratie, estiment-ils. Une élection ne peut être démocratique que lorsqu’elle met en compétition des forces politiques favorables au pouvoir et les forces politiques opposées au pouvoir, dit-on. Hélas ! Pour la première fois depuis trente ans, l’opposition n’a pas pris part à un scrutin au Bénin.

Sur les sept partis politiques qui étaient engagés dans la course aux législatives, seuls deux partis apparentés au pouvoir en place ont finalement été autorisés par la Commission électorale nationale autonome (CENA) à présenter leurs listes. Aucun de l’opposition. Conséquence : un taux d’abstention dépassant les 75 % et un scrutin émaillé de violences à Cotonou, la capitale économique du pays. Et malgré ce parlement monocolore composé des députés des seuls partis que Patrice Talon a parrainés lors de ces législatives, le président ivoirien a jugé bon de « saluer » son homologue béninois. De qui se moque Alassane Ouattara ?

Moïse Yao K.

  •  
    415
    Partages
  • 415
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info