Affi N’Guessan : « Nous avons désigné un président de la CEI non marqué politiquement »

Josephine Gauld et Pascal Affi

En marge à l’audience qu’il a accordée ce mercredi 02 octobre 2019 à l’ambassadrice de Grande Brétagne Josephine Gauld, le président du Front populaire ivoirien Pascal Affi N’Guessan s’est prononcé sur la composition de la nouvelle Commission électorale indépendante (CEI). Selon Pascal Affi cet accord est conforme à ce qu’il a obtenu.

Pour  Pascal Afii N’Guessan, la question de la CEI est une question nationale : « Ce n’est pas seulement la question ni du Front populaire ivoirien en tant que parti seul, ni de son président que je suis. Nous avons participé à l’amélioration de ce qui existe par le passé. Je crois qu’aujourd’hui, tout le monde est d’accord que cette CEI que nous avons, même si elle n’est pas idéale, constitue une avancée par rapport à ce que nous avons ; par rapport à la présidence de la CEI qui a changé.   », a-t-il dit poursuivant : 

« Vous saviez que monsieur Youssouf Bakayoko cristallisait les frustrations de beaucoup d’Ivoiriens aujourd’hui, il n’est plus à la tête de la CEI. Du point de vue de la composition, il y a pratiquement tout le personnel a été renouvelé si on excepte monsieur Sourou et monsieur Alain Dogou, une ou deux personnes. C’est un nouveau personnel, une nouvelle opportunité faite aux Ivoiriens de construire des élections apaisées pour leur propre pays et nous devons leur faire confiance à priori ».

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Quand l’ombre de Gbagbo plane sur le congrès de la JFPI, en présence d’Affi

A la question de savoir s’il n’a pas été trahi, le président du FPI s’est voulu clair : « Pas du tout puisque nous avons désigné un président non marqué politiquement. Même si certains qui le (Ibrahime Coulibaly-Kuibiert, NDLR) connaissent disent qu’il a des affinités, qu’il est proche du président du Conseil constitutionnel, n’empêche que pour la grande majorité des Ivoiriens, c’est une nouvelle personnalité qu’on découvre. Personne ne peut dire qu’à priori, je le savais. Ce n’est pas Cissé Bacongo, ce n’est pas Joël N’Guessan, c’est une personnalité qui sort de l’ombre. C’est conforme à ce que nous avons dit. Ensuite, l’opposition a un poste de vice-président. C’est conforme à l’accord que nous avons obtenu avec le gouvernement », a-t-il déclaré.

Aussi a-t-il fait savoir que ce qu’il faut, c’est un cadre qui soit une amélioration du passé dans lequel chaque acteur dispose d’une marge pour contrôler, pour veiller et pour alerter. Par ailleurs, l’ex-Premier ministre de l’ancien président Laurent Gbagbo a invité ses amis de l’opposition à le rejoindre. « Nous les représentons et nous allons prendre les dispositions pour voir comment nous nous mobilisons ensemble pour être présents dans les commissions locales (…) Nous allons nous concerter avec le PDCI pour voir comment nous désignons nos représentants dans chaque commission locale » a ajouté le président du FPI.

Prince Beganssou

  •  
    264
    Partages
  • 264
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info