« Nous ne laisserons pas qu’un aventurier vienne gâter notre pays » : Bamba Moriféré poursuivi pour xénophobie

Bamba Moriféré

Bamba Moriféré

Affoussiata Bamba-Lamine a tenu une conférence de presse à son domicile à Cocody ce samedi 13 juillet 2019. L’avocate du Professeur Bamba Moriféré a expliqué les raisons de la convocation de son client et a levé un coin du voile des faits qui sont reprochés à son géniteur.

« Les faits qui sont reprochés au Professeur Bamba Moriféré sont l’incitation à l’insurrection, xénophobie et trouble à l’ordre public. Pour un meeting qu’il aurait tenu le samedi 6 juillet 2019. On a été tous surpris, il n’y a pas eu de propos xénophobes qui ont été tenus, il n’y a pas eu de propos de trouble à l’ordre public qui ont été tenus également à ce meeting, il n’ y a pas eu de propos qui poussaient à l’insurrection de tous les ivoiriens », a dit d’emblée Affoussy Bamba.  

A lire aussi : Affoussy Bamba charge : “Alassane Dramane Ouattara est arrivé au pouvoir en surfant sur l’Ivoirité”

Aussi a-t-elle marqué son regret d’avoir aidé à installer le Président Alassane Ouattara au pouvoir : «  Je pense qu’on peut dire qu’on a un regret. Parce que les raisons pour lesquelles je me suis engagée en politique, c’est d’abord des raisons pour le bien-être des populations, pour l’instauration de la démocratie, la justice, l’état de droit. L’état de droit pour moi est fondamental. L’état de droit est la colonne vertébrale d’un pays. C’est pour tout ça que je me suis engagée en politique. Pour plus de justice, pour le partage des richesses aux populations. Donc c’est ce que je croyais, c’est ce pour quoi je pensais que nous avions élu un président qui allait apporter cela aux ivoiriens », a-t-elle dit.

Ajoutant : « Quand vous prenez toutes les promesses qui ont été tenues par le candidat avant qu’il ne devienne  Président, aucune n’a été réalisée dans ce pays. Au lieu de l’état de droit, nous assistons à l’absence de l’état de droit. Au lieu de la démocratie, qui avait commencé à s’instaurer avec l’élection de 2010, on assiste à un recul de démocratie. Je me souviens comment nous battions tous pour la commission électorale indépendante (…) »

A en croire l’ex-ministre de la Communication, ce même pouvoir qui a voulu une CEI transparente complètement indépendante, qui se battait pour qu’il n’y ait même pas de représentant de la présidence de la république et de membres du gouvernement, aujourd’hui estime qu’il y ait ses représentants dans la CEI.

Rappelons que Bamba Moriféré n’a pas été tendre avec le président Alassane Ouattara lors du meeting qui lui vaut ce procès. En effet, il avait déclaré : « Nous ne laisserons pas qu’un aventurier vienne gâter notre pays et nous vendre nos propres pièces. Ce meeting est un meeting d’échauffement. Le commencement d’une série de meetings pour manifester contre Dramane au pouvoir. Depuis que Dramane est au pouvoir, il y a un recul de la démocratie en Côte d’Ivoire ».

Prince Beganssou

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prince Beganssou

Read Previous

Côte d’Ivoire : « Nous devons stopper la clochardisation des journalistes »

Read Next

Ouattara félicite Talon après des législatives violentes : La curieuse échelle des valeurs démocratiques du chef d’Etat ivoirien

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *