Moussa Dosso invite les Ivoiriens à découvrir les potentialités du secteur des ressources animales

Le ministre des Ressources animales et halieutiques, Moussa Dosso était au Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales (SARA) ce jeudi 28 novembre 2019. Le ministre a invité les Ivoiriens à venir au SARA découvrir les potentialités du secteur des ressources animales. Ci-dessous l’allocution.

Je voudrais, avant tout propos, exprimer mon infinie reconnaissance et mes vifs remerciements à Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, Président de la République de Côte d’Ivoire qui a bien voulu autoriser l’organisation du Salon International de l’Agriculture et des Ressources Animales qui est aujourd’hui à sa cinquième (5ème) édition. Son engagement et son soutien constant en faveur du développement de l’Agriculture en général et du secteur des Ressources Animales et Halieutiques en particulier, sont bien connus et appréciés non seulement des acteurs du secteur agricole, mais également de tous les ivoiriens.

Je voudrais aussi vous remercier, tous en vos rangs et titres respectifs, pour avoir répondu à notre invitation à participer à la journée dédiée à la promotion des activités du secteur des ressources animales et halieutiques durant cette édition du SARA 2019.

Aux Chefs de Missions Diplomatiques et aux Représentants des partenaires techniques et financiers que je ne saurais nombrer, je voudrais saisir l’occasion de cette journée pour vous remercier de votre soutien indéfectible au développement de notre pays, et particulièrement pour votre accompagnement dans la mise en œuvre de notre politique sectorielle qui a permis la réalisation des objectifs du Plan Stratégique de Développement de l’Elevage, de la Pêche et de l’Aquaculture (2014-2020) des ressources animales et halieutiques.

Moussa Dosso invite les Ivoiriens à venir au SARA

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Retour de Moussa Dosso au gouvernement, le come-back du festival Abi reggae ?

Je voudrais ici, vous réaffirmer la détermination du Gouvernement à poursuivre sans relâche toutes les réformes nécessaires à la modernisation de la Côte d’Ivoire en vue de faire à nouveau de notre pays la vitrine en Afrique de l’Ouest au quadruple plans politique, économique, social et culturel.

Honorables invités,

Mesdames et Messieurs.

Le secteur des ressources animales et halieutiques dépeuplé, dévasté et en ruine après les crises successives, connait une relance et une embellie depuis 2011. Ainsi, dans le cadre de la relance de l’économie nationale, le secteur a bénéficié de financements importants ayant permis la réhabilitation des infrastructures, le repeuplement du cheptel, la remise en service des stations d’alevinage et la relance du développement des principales filières à savoir la filière avicole, la filière porcine et la filière piscicole.

Pour ne citer que la filière avicole, les mesures adoptées ont permis d’atteindre en 2018 une production de 61 000 tonnes de viande de volaille contre un objectif de 60 000 tonnes en 2020, et l’autosuffisance en œufs de consommation.

Je voudrais aussi et à ce niveau féliciter Monsieur Kobenan Kouassi Adjoumani, aujourd’hui Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, qui a fait du sous-secteur avicole son cheval de bataille, pendant sa mission au Département des ressources animales et halieutiques.

L’objectif poursuivi dans le cadre du Plan Stratégique de Développement de l’Elevage, de la Pêche et de l’Aquaculture est de réduire les déficits de notre pays en protéines animales et halieutiques de qualité et de renverser la tendance des importations qui constitue une véritable perte de devises.

Moussa Dosso au SARA 2019

L’élevage, la pêche et l’aquaculture constituent des activités économiques importantes qui concernent un grand nombre d’acteurs

Honorables invités ;

Mesdames et messieurs.

L’élevage, la pêche et l’aquaculture constituent des activités économiques importantes qui concernent un grand nombre d’acteurs : plus de 702 483 personnes selon le Recensement des Exploitations et Exploitants Agricoles (REEA) 2016. Il concourt (i) au renforcement de la sécurité alimentaire avec des apports en protéines animales destinées à l’alimentation des populations, (ii) à la diversification et à l’augmentation des revenus des agro-éleveurs, pêcheurs et aquaculteurs, (iii) à l’amélioration de l’équilibre de la balance des paiements avec près de 20 milliards de FCFA par an de valeur ajoutée à l’exportation des conserves de produits halieutiques, et (iv) à la préservation et à l’amélioration de l’environnement, en particulier par le développement de l’association agriculture-élevage.

Cependant, malgré son importance et son fort potentiel de développement en termes de création de richesses et d’emplois, les activités du secteur des ressources animales et halieutiques restent majoritairement peu productives et peu compétitives pour répondre aux défis et enjeux de sécurité alimentaire, sanitaire et de développement durable dans ce nouveau contexte de mondialisation des économies.

A lire aussi : SARA 2019 : Pire ennemi d’Adjoumani, Bredoumy Soumaïla décoré dans l’ordre du mérite français

Cette double problématique de productivité et de compétitivité, ajoutée à la faible attractivité du secteur agricole en générale et du secteur des ressources animales et halieutiques en particulier, posent un véritable problème quant aux perspectives de développement du secteur.

Honorables invités ;

Mesdames et messieurs.

Le thème de l’édition 2019 du SARA « Agriculture Intelligente et innovations technologiques : quelles perspectives pour l’agriculture africaine ? » permettra sans nul doute de mettre en avant des solutions pérennes pour attirer de plus en plus de jeunes pour le développement durable du secteur des ressources animales et halieutiques.

C’est pourquoi, afin de faire la promotion de notre secteur durant le SARA 2019, le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques (MIRAH) met l’accent tout particulièrement sur le thème « Innovations technologiques en productions animales et halieutiques : quelles démarches pour les productions africaines et ivoiriennes ? ».

L’utilisation des innovations technologiques dans les domaines de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture pourra sans doute induire une productivité plus grande

Honorables invités ;

Mesdames et messieurs.

L’utilisation des innovations technologiques dans les domaines de l’élevage, de la pêche et de l’aquaculture pourra sans doute induire une productivité plus grande, une amélioration des conditions de production et une réduction de la charge et la pénibilité de travail des acteurs.

On pourrait citer pour ce qui est de l’élevage l’introduction de technologies de distribution automatique d’aliments et d’eau en matière d’élevage à cycle court, l’insémination artificielle pour booster la production laitière et permettre l’évaluation génétique des animaux reproducteurs.

Moussa Dosso au SARA 2019

Ces solutions innovantes pourraient permettre de renforcer la surveillance épidémiologique des maladies transfrontalières et émergentes, de maîtriser la transhumance, de favoriser la création d’entreprises d’agrofournitures utilisant des technologies nouvelles telles que la presse à balle-ronde pour le foin et faire de la Côte d’Ivoire un pays exportateur vers les pays sahéliens qui connaissent un déficit permanent en fourrage.

Pour ce qui est de la pêche, les innovations technologiques permettent déjà, avec le système des radars, de surveiller nos plans d’eaux et de lutter ainsi efficacement contre la pêche Illicite, Non déclarée et Non réglementée (INN) et aussi d’évaluer, à l’aide de techniques acoustiques basées sur l’utilisation d’échosondeurs, les stocks de poissons dans la zone Economique Exclusive de notre pays.

En termes d’aquaculture, ces nouvelles technologies peuvent être utilisées pour améliorer la reproduction et ainsi permettre la survie d’espèces en voie de disparition, contribuant ainsi à la préservation de la biodiversité du milieu aquatique.

Mesdames et messieurs.

Les innovations technologiques apportent des solutions nouvelles aux préoccupations des filières animales et halieutiques, et constituent aujourd’hui une des clés du développement de notre secteur d’activité, de notre pays, voire du continent africain.

Il est toutefois important de relever que l’introduction de ces innovations technologiques ne peut prospérer sans partenariats avec les centres de recherche et développement (CNRA, Universités, etc…), sans accompagnement des partenaires au développement et surtout sans implication de partenariats et d’investissements privés.

Honorables invités ;

Mesdames et messieurs.

Je ne pourrai achever mon propos sans souhaiter que la journée de promotion du secteur des ressources animales et halieutiques en général, et en particulier de l’utilisation des innovations technologies dans ce secteur marque le début du développement durable des filières animales et halieutiques ; je reste persuadé que les innovations technologiques constituent la voie royale pour répondre aux besoins alimentaires en protéine animale d’une population en perpétuelle croissance, et permettre le retour des jeunes à la terre grâce à une modernisation des pratiques agricoles en général.

La transformation structurelle de l’économie voulue par le Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane OUATTARA, passe aussi et inévitablement par le développement d’un capital humain de haute technicité.

C’est pourquoi, mon département ministériel entend remobiliser l’ensemble des acteurs de son secteur d’activité autour des valeurs essentielles qui permettront de créer les conditions idoines pour un développement soutenu, durable et inclusif des ressources animales.

Ainsi par la tenue de cette journée promotionnelle du secteur des ressources animales et halieutiques, le MIRAH veut insuffler l’élan du changement aux acteurs et à toute la population par l’utilisation des technologies nouvelles.

Moussa Dosso au SARA 2019

Honorables invités ;

Mesdames et messieurs.

Je voudrais rendre un vibrant hommage aux pays européens venus nous soutenir notamment l’Allemagne, les Pays Bas, l’Espagne et particulièrement au pays à l’honneur, la France, ce grand pays partenaire de tous les temps. Je remercie aussi le Royaume du Maroc qui nous apporte toujours son soutien multiforme. Saluer avec déférence la participation des 17 délégations africaines qui par leur présence effective ont réhaussé l’éclat de cette manifestation.

Permettez-moi enfin de féliciter également tous les membres du Comité d’Organisation de cette journée, pour tous les efforts déployés et pour la qualité du travail réalisé dans un temps relativement record. Je voudrais aussi et surtout féliciter l’ensemble des agents du Ministère des Ressources Animales et Halieutiques pour leur engagement au travail et les encourager à s’approprier déjà les innovations existantes pour le développement notre secteur d’activité.

Moussa Dosso, initiateur de Abi Festival Raggae. Moussa Dosso SARA
Moussa Dosso, initiateur de Abi Festival Raggae

Avant de clore mon propos, je voudrais, à la suite de Son Excellence Monsieur le Président de la République et des membres du Gouvernement, inviter les ivoiriennes et les ivoiriens à venir au SARA pour découvrir les acquis et les potentialités agricoles en général et celles du secteur des ressources animales et halieutiques en particulier.

Sur cette note d’invitation, je déclare ouverte «la journée dédiée au secteur des ressources animales et halieutiques ».

Je vous remercie pour votre très aimable attention

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prince Beganssou

Read Previous

Coalition pour la démocrtatie, la réconciliation et la paix (CDRP)

Read Next

Côte d’Ivoire : Voici les quartiers et villes que la France déconseille à ses ressortissants

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *