Moctar Diallo libéré à Bouaké, pour délit non constitué : Gros camouflet pour le procureur Braman

Le coordinateur régional du Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI) à Bouaké, Moctar Diallo interpellé, après avoir « participé à la marche de soutien » à Jacques Mangoua, le jeudi 3 octobre 2019 vient de recouvrer sa liberté. Il a été acquitté pour délit non constitué ce jeudi 10 octobre 2019.

Interpellé à Bouaké le jeudi 3 octobre 2019, après avoir apporté son soutien à Jacques Mangoua, Moctar Diallo est enfin libre de ses mouvements ce jeudi 10 octobre à Bouaké après une enquête du procureur Braman Koné. « Le RACI est fier de toi. Tu es resté digne malgré ton état de santé. Félicitations Moctar Diallo », s’est réjoui le président du RACI, Kanigui Mamadou Soro sur sa page officielle.

En effet, en sa qualité de responsable local du RACI et en solidarité au parti allié du PDCI-RDA, ce proche de Guillaume Soro avait pris part « à la marche de soutien » à Jacques Mangoua, le jeudi 3 octobre 2019. Dans la soirée du jeudi 3 octobre 2019 Diallo avait été enlevé à Bouaké aux environs de 20h30 au quartier Beaufort, par des individus non identifiés à bord d’un véhicule de type 4×4 double cabine selon les témoins de la scène. C’est par la suite que son parti, a appris qu’il avait été placé en garde à vue, suivant une instruction du procureur de Bouaké, Braman Koné.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Le PDCI-Gbèkê fait bloc autour de Mangoua

Interrogé sur la question de l’expédition du procès de Mangoua par « Le Magazine Du Dimanche » de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI) le dimanche 6 octobre 2019, le Procureur Braman Koné indique, il ne s’agit pas d’un procès expéditif. Parce que durant tout le temps de la garde à vue, il appartenait à monsieur Mangoua d’apporter la preuve« .

La libération de Moctar Diallo par le tribunal des flagrants délits de Bouaké sonne comme un camouflet pour le procureur Braman Koné au centre de toutes les critiques. Le magistrat qui a poursuivi Jacques Mangoua sur la base de la présomption de culpabilité dévoile ainsi ses méthodes. S’il a été suivi une première fois par la juge Rosine Montchan, qui a réussi elle aussi à se faire une contre-publicité avec sa décision défiant la raison, dans le dossier Diallo, la cour a refusé de se mouiller avec lui.

Karina Fofana

  •  
    122
    Partages
  • 122
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info