Mali : Sept soldats tués et 3 portés disparus dans une embuscade au centre du pays (armée)

Une patrouille de l’armée malienne a été la cible d’une attaque imputée aux terroristes dans le centre du pays, dans la nuit du jeudi 02 juillet 2020, ont indiqué les Forces armées maliennes (FAMA), ce vendredi 03 juillet 2020.

Selon un communiqué des FAMA, au moins sept soldats maliens ont été tués dans la nuit du jeudi 02 juillet 2020, dans une embuscade tendue par des terroristes présumés à Bintia, dans la région de Gao (centre). Alors qu’elle se rendait sur les lieux où une trentaine de villageois avaient été massacrés la veille dans le centre du pays, une patrouille de l’armée a été accrochée aux environs de 20 heures à l’entrée du village de Gouari, faisant au moins 07 morts, 02 blessés et 03 portés disparus, selon un bilan établi par les responsables de l’armée.

A lire aussi : Mali : Qui est vraiment l’imam Dicko, l’homme qui fait trembler le pouvoir de IBK ?

« Le détachement FAMa a été pris à partie à l’entrée du village de Gouari par des individus armés à bord de trois (03) véhicules et sur une quarantaine de motos », a précisé l’armée. Ajoutant qu’une mission de renfort a été dépêchée sur les lieux. Quant aux blessés, ils ont tous été évacués par la MINUSMA sur Sévaré. Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes, en grande partie dispersés par une intervention militaire lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Attaque au Mali
Attaque au Mali

Depuis 2015, ces violences se sont propagées du nord au centre du pays, se mêlant très souvent à des conflits intercommunautaires

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Mais des zones entières échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l’ONU, malgré la signature en 2015 d’un accord de paix censé isoler définitivement les jihadistes, dont l’application accumule les retards. Depuis 2015, ces violences se sont propagées du nord au centre du pays, se mêlant très souvent à des conflits intercommunautaires, un phénomène que connaissent également le Burkina Faso et le Niger voisins.

Moïse Yao K.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yao Moïse K

Read Previous

Côte d’Ivoire : Quand en 2018, le CNS annonçait la destruction des maisons construites sur les bassins d’orage

Read Next

Côte d’Ivoire : « Restons mobilisés et déterminés pour notre victoire en octobre prochain » (Bédié)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *