Mali : Nouvelles manifestations à Bamako pour réclamer la démission d’IBK, la nuit de tous les dangers ?

Plusieurs maliens se sont retrouvés dans les rues de Bamako, ce vendredi 10 juillet 2020, pour exprimer leur ras-le-bol et réclamer une nouvelle fois la démission du Président Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK).

A l’appel du Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) de l’Imam Mahmoud Dicko qui a décrété une « désobéissance civile » dans tout le pays, des manifestants ont pris d’assaut et bloqué les deux ponts de la capitale malienne. Certains ont assailli et saccagée la télévision nationale (ORTM), tandis que d’autres sont allés incendier l’Assemblée nationale. Pour l’heure, la situation reste très tendue dans la capitale malienne.

A lire aussi : Mali : Les alliés d’IBK font bloc autour de lui, ils demandent le dialogue au Mouvement du 5 juin

Chef de file de la contestation au pouvoir d’IBK, l’Imam Mahmoud Dicko, personnage controversé, mais leader religieux charismatique, populiste et très investi dans le combat politique, n’entend pas trahir les populations qui ont répondu à son troisième appel à manifester contre le départ d’IBK ce vendredi, après les deux manifestations de masse organisées à Bamako les 5 et 19 juin 2020.

Nouvelles manifestations à Bamako pour réclamer la démission d’IBK

Après une rencontre avec le président malien Ibrahim Boubacar Keïta, le dimanche 05 juillet 2020, à Bamako, qui n’avait pas abouti à le faire plier, l’opposition regroupée au sein du (M5-RFP) a décidé de durcir le ton. Dans un communiqué dont Afriksoir.net a eu copie, les partis issus du Mouvement du 5 juin ont dénoncé le mépris d’IBK à leur égard :

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

« En effet, M. Keïta a royalement ignoré toutes les demandes et mesures contenues dans le «Mémorandum» du 30 juin 2020, en renvoyant le M5-RFP à sa «majorité présidentielle» qui ne dispose d’aucun pouvoir et pour laquelle lui-même n’a, d’ailleurs, ni respect ni considération », ont-ils écrit dans le communiqué. Appelant de nouveau à sa démission, une de leurs revendication qu’ils avaient momentanément abandonné.

Moïse Yao K.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yao Moïse K

Read Previous

Côte d’Ivoire : Menacés d’expulsion, des habitants de Gobelet-Village appellent Ouattara au secours

Read Next

Côte d’Ivoire : Pour la première fois, Duncan dit Non à Ouattara, voici la vérité sur sa démission

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *