Mali : Adama Bictogo cité dans une affaire de surfacturation ?

Selon le journal Le Nouveau Réveil, Adama Bictogo, haut cadre du RDR-RHDP qui a obtenu plusieurs marchés de l’Etat ivoirien de gré à gré, vient d’être découvert au Mali dans une affaire de surfacturation de services.

Finalement, le Conseil des ministres a levé le voile sur le sulfureux marché par entente directe (gré à gré) de 15 milliards accordé à Marylis de l’ex-ministre ivoirien, Adama Bictogo, pour la réhabilitation et l’équipement des hôpitaux Gabriel Touré et du Point G et de la Polyclinique militaire de Kati. Selon le communiqué du Conseil des ministres du 14 août dernier qui a adopté les deux marchés pour un délai d’exécution de 08 mois, le montant du premier marché est de 3 milliards 909 millions 997 mille 850 francs CFA toutes taxes comprises pour la réhabilitation de certains services ; le deuxième est d’un montant de 11 milliards 856 millions 442 mille 500 francs CFA hors taxes pour la fourniture et l’installation d’équipements médicaux.

Toujours selon le communiqué du conseil des ministres, l’exécution de ces deux marchés contribuera au renforcement du plateau technique de la pyramide sanitaire. Elle participe, en outre, de la mise en œuvre du Programme présidentiel d’Urgence sociale. Lequel programme repose, décidément, sur le vol et la surfacturation. Et pour cause. Le Sphinx qui avait déjà mis la puce à l’oreille de ses fidèles lecteurs dans ses éditions N° 736, 740 et 741, a pu poser ses longues ailes sur les devis de Marylis.

A lire aussi : Bictogo répond à Bédié : « Ouattara n’a pas dit qu’il va toucher la constitution »

Le constat est grave : en guise de réhabilitation, les travaux ne consistent qu’à décaper la peinture de certaines salles et à les repeindre, à enlever les carreaux et à les remplacer. Bref des travaux que n’importe quel tâcheron malien peut faire à moins d’un milliard de FCFA, surfacturation comprise. Mais donner de pareils travaux à un compatriote n’arrange guère nos kleptocrates habitués à se lécher les babines à l’occasion de n’importe quel marché. Et pour ce faire qui est plus indiqué qu’Adama Bictogo, surnommé dans le milieu des Affaires, « Le Roi de la Retro-commission ? » Celui-là même qui avait miraculeusement disparu à Dakar suite à la polémique autour du chantier de l’Université de Diamniadio.

Toujours dans le souci de donner une info juste, Le Sphinx a fait analyser les prix du second marché, celui des fournitures qui sont manifestement surfacturés, par un spécialiste. Et le résultat est hallucinant. Nous laissons le soin à nos lecteurs de se rendre, eux mêmes, compte des différences exponentielles entre les prix proposés par Marylis et ceux en cours sur marché.

Désignation : Microtome rotatif

Prix de Vente Marilys : 30 232 593

Prix distributeurs : 12 464 000

Coeff de surfacturation: 2,43

Désignation : Centrifugeuse, générale, 4×100 ml

Prix de Vente Marilys : 15 101 819

Prix distributeurs : 7 216 000

Coeff de surfacturation : 2,09

Désignation : Dispositif de coloration pour lames d’hématologie

Prix de Vente Marilys : 26 561 493

Prix distributeurs : 13 478 832

Coeff de surfacturation : 1,97

Désignation : Dispositif de coloration pour lames de microbiologie

Prix de Vente Marilys : 25 913 651

Prix distributeurs : 12 464 000

Coeff de surfacturation : 2,08

Désignation : Microscope

Prix de Vente Marilys : 8 637 884

Prix distributeurs : 1 968 000

Coeff de surfacturation : 4,39

Désignation

Spectrophotomètre, balayage UV/VIS

Prix de Vente Marilys : 25 913 651

Prix distributeurs : 4 066 544

Coeff de surfacturation : 6,37

Désignation : Analyseur de gaz sanguins

Prix de Vente Marilys : 22 242 551

Prix distributeurs : 6 232 000

Coeff de surfacturation : 3,57

Source : Le Sphinx (Mali). Site: lesphinxmali.com

NDLR : Un proche de Bictogo déclare que l’article est un tissu d’informations partielles, voire inventées, dans le seul but de nuire.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Précédent

« Les dernières pluies occasionneront des crues majeures en Côte d’Ivoire », prévient la Sodexam

Suivant

Bédié de retour en Côte d’Ivoire après près de 3 mois en France et une semaine de maladie

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *