Ma lettre à mon ami Karim Badolo à Ouagadougou : « Les Ivoiriens craignent des jours sombres »

Bonjour Karim, J’ai décidé de te donner de mes nouvelles à travers cette lettre. Désormais, ce sera ainsi jusqu’à ce que la Côte d’Ivoire, mon beau pays sorte de cette zone de turbulence dans laquelle il est entré depuis la mort le 8 juillet 2020 de notre Premier ministre Amadou Gon Coulibaly. Lettre à mon ami Karim Badolo à Ouagadougou.

Karim, je voudrais d’abord te renouveler mes amitiés. Tu es un garçon chaleureux, généreux et accueillant. N’est-ce pas grâce à toi que j’ai pu mener à bien ma mission au Burkina Faso, lors de la présidentielle de novembre 2015, qui a vu l’élection du président Roch? Karim, dans notre programme à nous deux, il était question que tu me rendes une visite à Abidjan.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Des artistes pro-RHDP appellent Ouattara à briguer un troisième mandat, après le décès de Gon Coulibaly

Et tu ne cessais de me répéter : il faut que je connaisse la Côte d’Ivoire. Je t’avais promis que décembre 2020 était un bon compromis. Je travaille donc à cette visite d’amitié sincère. Seulement, comme nous sommes dans le deuxième semestre 2020, il est bon que tu aies régulièrement des nouvelles d’Abidjan. Karim, depuis le décès de notre Premier ministre, les Ivoiriens vivent avec la peur au ventre. Ils craignent des jours sombres. Ils racontent presqu’en chœur que tous les ingrédients sont réunis pour que le pays connaisse des troubles.

Alassane Ouattara et Daniel Kablan Duncan
Alassane Ouattara et Daniel Kablan Duncan

Ma lettre à mon ami Karim Badolo à Ouagadougou

Karim, cela fait aujourd’hui 20 jours que la Côte d’Ivoire est sans Premier ministre, et 15 jours sans vice-président. Daniel Kablan Duncan, ancien Premier ministre d’Henri Konan Bédié et d’Alassane Ouattara qui assumait ce poste a rendu sa démission « pour convenances personnelles », le lundi 13 juillet 2020. Conformément à l’article 62 nouveau de notre Constitution, si le président Ouattara a un empêchement, ou s’il décède en ce moment, il y a un vide juridique et le pays pourrait sombrer dans le chaos.

Et cela fait peur aux Ivoiriens. Karim, ce qui fait le plus peur en ce moment, c’est la velléité d’Alassane Ouattara de briguer un 3ème mandat. En effet, au termes de la Constitution du 8 novembre 2016, notre président sortant n’est pas éligible. Son ministre de la Justice, Sansan Kambilé l’a dit, son ancien ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Cissé Bacongo lui a répété la même chose. Martin Bléou, un éminent professeur de droit constitutionnel lui a même fait un cours dans ce sens. Mais notre très cher président, semble ne rien comprendre.

Les ivoiriens racontent presqu’en chœur que tous les ingrédients sont réunis pour que le pays connaisse des troubles

Ah, qu’il est difficile d’assimiler les cours de droit ! Et c’est tout cela qui fait peur. Si tu veux, Ouattara s’apprête à violer la Constitution pour se présenter à la présidentielle du 31 octobre 2020. Ici, contrairement à ce qui s’est passé à Ouagadougou, la Constitution a déjà été modifiée. Seulement, elle ne permet pas à Alassane Ouattara de briguer un 3ème mandat mais il veut forcer. Karim, je ne sais pas si son ami Blaise Compaoré lui a donné des conseils dans ce sens mais il y a un entêtement des cadres du parti de Ouattara à le voir briguer ce 3ème mandat.

lettre Karim Badolo Ouagadougou. Alassane Ouattara et Blaise Compaoré en novembre 2014 à Yamoussoukro
Alassane Ouattara et Blaise Compaoré en novembre 2014 à Yamoussoukro

A propos du président Compaoré, il se porte bien. Il vit ici dans la plus grande discrétion. Sa dernière apparition publique s’est faite lors du décès du Premier ministre Gon. Il s’était rendu à son domicile, en compagnie de Chantal, sa tendre épouse pour présenter ses condoléances. En dehors de quelques rides, Blaise garde sa beauté, rassure toi. J’ignore si son intégrité a pris un coup. N’est-ce pas un homme très intègre qui a règné sur le Faso pendant 26 ans? Karim, pour terminer avec tout ce qui fait peur aux Ivoiriens en ce moment, je voudrais te dire que le peuple rouspète, murmure…les Ivoiriens ne sont pas contents.

A lire aussi : Yodé répond aux détracteurs de l’album Héritage : « Nous faisons des chansons pour le peuple, pas pour quelqu’un »

La rencontre de ce 29 juillet sera-t-elle l’occasion pour Ouattara de répondre favorablement à l’appel d’un partie de ses militants?

Cela se lit sur leur front, et se perçoit dans toutes les conversations. Yodé et Soro, deux artistes zouglou qui chantent en duo depuis des décennies, ont prévenu le président dans leur dernier album, sorti le 3 juillet 2020 et intitulé « l’héritage ». Ils disaient en substance : »Faites attention à un peuple qui ne parle plus ». Je ne sais pas si le gouvernement a perçu ce message mais Sidi Touré, le ministre de la communication et des médias avait, lors d’un conseil des ministres, invité les artistes à venir prendre des textes à la présidence.

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Karim, retiens qu’aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, il y a des militants du RHDP qui sont d’accord pour que Ouattara brigue un 3ème mandat et ceux qui n’en veulent pas. Tout comme l’opposition, dans son ensemble. Karim, je voudrais terminer en te disant que demain mercredi 29 juillet 2020, la plus grande instance du parti de Ouattara se réunit ici à Abidjan. La dernière réunion de cette instance remonte au 12 mars 2020. C’est au cours de cette rencontre, qu’il a désigné le candidat du RHDP à la présidentielle. La rencontre de ce 29 juillet sera-t-elle l’occasion pour Ouattara de répondre favorablement à l’appel d’un partie de ses militants? Rendez-vous le jeudi 30 juillet pour plus de détails. La brakina me manque. A bientôt Karim…

Jules Claver Aka

lettre Karim Badolo Ouagadougou

  •  
    42
    Partages
  • 42
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jules Claver Aka

Read Previous

Côte d’Ivoire : « Président Ouattara, je vous en prie, ne sortez pas de l’histoire à reculons  » (Charles Pemont)

Read Next

Côte d’Ivoire : Faute de route praticable, des malades en danger à Séguéla

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *