fbpx

Les immigrés, un frein au développement des zones urbaines ? (FES)

Dans plusieurs zones urbaines, beaucoup de personnes ont à l’idée que la cohésion sociale est mise à mal par des problèmes liés en grande partie à la migration. L’on va jusqu’à être convaincu que les immigrés, loin d’être un soutien au développement économique, social et culturel sont un frein à celui-ci. De ce fait, la Friedrich-Ebert-Stiftung (FES) a organisé une table ronde sur le thème : La Migration aujourd’hui et autrefois face aux enjeux du Foncier urbain ? »

Assurément, la création foncière répond à un besoin démographique, social et économique. S’il ait des préjugés de croire que les migrants sont un frein au développement, une masse envahissante, il ne doit pas en être ainsi. Bien au contraire, constituant une main-d’œuvre, un apport de compétences, ceux-ci participent du développement du pays d’accueil. Toutefois il faut pouvoir canaliser la migration et mettre en place des mécanismes de sensibilisation et de lutte contre la migration irrégulière. A

lire aussi : Côte d’Ivoire : 14 milliards FCFA pour réhabiliter 17 centres de service civique

Ainsi, il faut privilégier une communication qui va dans le sens d’une intégration des migrants, le respect des droits des travailleurs et travailleuses migrants afin de permettre à la migration de mieux répondre au besoin de développement existant dans les pays d’accueil.

C’est mu par cet objectif que la Friedrich-Ebert-Stiftung en partenariat avec le Réseau ouest Africain pour la Lutte contre l’Immigration Clandestine (REALIC) et la préfecture de région de Bouaké a organisé une table ronde sur le thème : « La Migration aujourd’hui et autrefois face aux enjeux du Foncier urbain ? » le 11 avril 2019 à Bouaké.

  •  
    8
    Partages
  • 8
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info