Le nouveau SG de la FESCI transforme une résidence universitaire en lieu de funérailles de son père

Allah Saint-Clair

Les obsèques du père de Saint-Clair Allah dit Général Makélélé, secrétaire général de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), décédé en octobre 2019, ont commencé à Abidjan. Précisément à la cité Rouge de Cocody, fief du nouveau SG de la Fesci. Une situation inédite qui a soulevé des interrogations chez certains étudiants. Funérailles père Allah Fesci et anarchie sur le campus.

Ainsi donc Saint Clair Allah a transformé la résidence universitaire en funérarium. Et comme il fallait s’y attendre, les autorités ont commencé à s’y rendre, pour signer le cahier de condoléances, sous le chapiteau dressé pour la circonstances. Le ministre Mamadou Touré y était au nom du gouvernement. Même Jean Blé Guirao, le patron du Crou-A, que cette situation aurait dû interpeller, n’a pas trouvé mieux que de s’y présenter, la nuit, en veste-cravate solennelle, entouré de collaborateurs.

« Être le secrétaire général de la FESCI vous donne-t-il le droit de transformer la cité universitaire en lieu de funérailles de votre père ? N’a-t-il pas de domicile à Abidjan pour abriter ces obsèques. Jean Blé Guirao, directeur du CROU-A, n’est-il pas informé de cette forfaiture ? Je compati à sa douleur mais compassion ne veut pas dire encourager le désordre », s’indigne un étudiant de la cité Rouge de Cocody sous le couvert de l’anonymat.

A lire aussi : La FESCI attaque à la machette la mairie de Cocody, 1 blessé, des étudiants braqués

Plusieurs membres de la Fesci, comptant parmi les fameux « antichambristes », autrement dit les soldats affectés très souvent à la sale besogne, assuraient la sécurité de l’endroit et leur présence intimidait les étudiants qui auraient pu protester contre cette attitude du secrétaire général de la Fesci.

Funérailles père Allah Fesci et anarchie

« Imaginez un instant que chaque étudiant qui perd un parent, veuille transformer la cité où il réside, en lieu de funérailles. Nous ne serions plus dans un temple du savoir, mais carrément à la place CP1 de Yopougon, avec les nuisances sonores, le bruit, la bagarre, l’alcool et autres. C’est dommage que les autorités universitaires n’aient pas perçu cet aspect des choses et aient validé le projet. Cela deviendra de l’anarchie », commente un ancien de la Fesci.

Saint Clair Allah et les membres de sa famille dans le chapiteau dressé à la cité Rouge pour les funérailles de son père. funérailles père Allah Fesci
Saint Clair Allah et les membres de sa famille dans le chapiteau dressé à la cité Rouge pour les funérailles de son père

Cette cérémonie de présentation de condoléance a mobilisé un ballet de personnalités. Outre le ministre de la Jeunesse et de l’emploi des jeunes, Mamadou Touré, la présidence de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, le directeur du Centre régional des œuvres universitaires d’Abidjan (CROU-A), Jean Blé Guirao et des autorités militaires y sont passées. Rappelons que c’est à travers une publication sur sa page Facebook que le successeur d’Assi Fulgence Assi avait annoncé la mauvaise nouvelle.

« La mort absolue, c’est quand on n’a pas d’héritier. Le décès de chaque père n’est pas absolu. Car ils nous laissent pour héritage la lutte. Cette disparition tragique est juste une séparation physique. Mais sachez qu’à cause du sacerdoce royal qui la lutte, je reste debout par votre soutien. Repose en paix papa », avait écrit le secrétaire général de la FESCI.

Yves Tapé

  •  
    1.1K
    Partages
  • 1.1K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info