fbpx

« Le grand Rassemblement et le Petit Soro » ou les vraies leçons du « Vivre ensemble » (Édito)

Alassane Ouattara au comité politique du RHDP

Il ne pouvait pas en être autrement que mes frères et sœurs « ennemis » ivoiriens se rendent dans le cadre des assises de l’APF (du 14 au 15 juin 2019) au Maroc, sans que figure dans la soute, leur précieux et encombrant bagage du « vivre ensemble » !

Naturellement après le retrait brutal et « mérité » du tabouret de Soro sur les bords étroits de la lagune Ebrié, il restait un symbole, un attribut : « le chasse mouches » qu’il fallait, après la honte locale, aller chercher à l’extérieur avec la grande honte internationale qui aurait réduit le « spolié » à sa plus simple expression politique. Hélas ! Selon nos informations, malgré la beauté et l’élégance des intrigues qui ont été mises à contribution, la montagne qui a trop donné ces jours-ci, n’avait qu’une souris dans le berceau de paille. Maigrichonne.

Syndrome du tabouret quand tu nous tiens ! Le hic dans l’affaire ivoirienne, c’est que la politique si c’est ça la politique, nous donne à voir son aspect le plus abject, le plus horrible de son histoire. Pour tout vous dire, je n’en peux plus d’être Ivoirien, si mon fardeau quotidien doit consister à feuilleter les pages acrimonieuses de la guéguerre entre le grand Rassemblement et le « petit Soro ».

A lire aussi : Ouattara limoge “sans bruit” le président de la Chambre administrative qui avait invalidé le résultat à Grand-Bassam

Si pour un simple motif démocratique, on peut malmener un vieil et intime Ami comme Soro, peut-être a-t-il bien fait de prendre sa liberté en rompant le cordon ombilical avec le RHDP et notamment, avec le président de la République. Car ce que je suis obligé de voir avec mes yeux ne garantit pas au RHDP, une pratique démocratique fluide et exemplaire de sorte qu’elle puisse se conjuguer sur toutes les lèvres à tous les temps, même les temps composés.

Dans ce qui fonctionne comme un géant fourre-tout national, que valent l’honneur et le prestige de notre pauvre pays qui peine à trouver les mots justes pour réconcilier ses enfants, même lorsqu’il s’agit de défendre et protéger jalousement l’image de marque de la Nation ? A défaut comme l’exige le Tout-Puissant Dieu créateur de toute chose, d’avoir l’Amour du prochain, l’Amour du pays quels que soient les enjeux internes, devrait fédérer et coordonner nos velléités. Malheureusement, l’égo en sur-mesure des uns et des autres, passe avant la fierté de la revendication ivoirienne.

Aller étaler comme on l’a fait en entachant avec une certaine méthode la légendaire sérénité de mon pays sous d’autres cieux et des paires d’yeux qui sont venues de tous les continents, m’amène à douter de la noblesse du combat que nous avons décidé de mener. Et Dire que Ouattara et Soro, dans le prestigieux répertoire des amitiés les plus solides, les plus prometteuses, s’étaient adjugé une place dans les dix premiers de la première page ?

Tant les fusions fraternelles et idéologiques finalement conjoncturelles, étaient sans égal hormis la compétition républicaine qu’une soudaine inconduite aurait mise à l’ordre du jour ? Eu égard à la posture nouvelle qu’il occupe dans l’effectif recomposé de la classe politique nationale, Soro fait-il peur à ce point ? Qu’est-ce qui fait que subitement il a : « des cornes énormes, des crocs pour tous les usages, des sabots aux empreintes éléphantesques et une vitesse redoutable » ?

Est-ce que le préjudice supposé d’une infidélité politique peut justifier une telle « chasse à l’homme » au point de « planifier » à son encontre, une regrettable traversée du désert sans limite ? Dans des pays sous-développés comme les nôtres, on ne devrait pas devenir un ennemi déclaré du pays, parce qu’à un moment de la vie politique nationale, au regard de certains facteurs, on a choisi de faire usage de son libre arbitre dans l’intérêt supposé de son pays !

Dieu merci, fût-elle la plus exemplaire, aucune amitié n’est condamnée à une fidélité éternelle ! Dès lors que l’amitié est fondée sur la constance permanente d’un certain nombre de valeurs, « l’infidélité » objective apparaitra toujours comme une sanction justifiée ! D’ailleurs, le jeu démocratique attend de nous des mouvements de cette nature, qu’ils soient d’humeur ou autre !

Au regard de ce qui nous est donné de voir, peut-être l’enjeu pour le RHDP aujourd’hui, serait de libérer ceux des membres de ce rassemblement qui se sentiraient à l’étroit dans cette famille, et non le contraire. S’il y avait des intellectuels au RHDP, peut-être qu’ils défendraient autrement la démocratie ! Car les vrais gardiens de la valeur démocratie, ce sont eux les intellectuels.

Lorsque vous en êtes démuni, le jeu démocratique perd le peu de latin qu’il avait. Si entre le Président Ouattara et Soro, il y a un qui ne supporte pas la violence du divorce, peut-être que cette partie de l’ancien couple devrait mener les bonnes démarches afin de créer les conditions d’un recollement des morceaux qui, pour le bonheur du pays, sont certes éparpillés, mais clairement visibles sur le plancher !

Si se battre entre fils et filles du pays faisait partie des valeurs de référence du tableau clinique national, faisons en sorte de ne plus nous battre pour des postes subalternes, de surcroit sur une terre étrangère avec autant d’aversion totalitaire. Les leçons, les vraies leçons du « Vivre Ensemble » que nous appelons de tous nos vœux comme une jeune mariée coquine, prend tout son temps avant de donner à apprécier sa fluette silhouette aux curieux convives qui se sont « rués massivement » ! Répondre au Pays qui nous appelle est un impératif national qui contribuera à la cohésion et à la pérennisation de notre Belle Nation ! Merci d’être au rendez-vous. Tous au RDV !

KONE Kobali

  •  
    365
    Partages
  • 365
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info