KKB de retour de Daoukro : « Bédié est serein » face au tripatouillage annoncé de la Constitution par Ouattara

De retour de Daoukro, où il est allé présenter ses meilleurs vœux à Henri Konan Bédié, président du PDCI, Kouadio Konan Bertin (KKB) s’est confié au Nouveau Réveil. Larges extraits.

Comme il est de tradition en chaque début d’année, dans la culture Baoulé, les plus jeunes font le pas vers les anciens, les aînés, pour leur présenter les vœux. Je n’ai jamais caché mes liens culturels avec le président Henri Konan Bédié. Je me devais donc de sacrifier à cette tradition. J’ai donc été à Daoukro essentiellement pour présenter mes vœux au président Henri Konan Bédié, président du PDCI-RDA. C’est l’unique objet de cette visite que j’ai effectuée à Daoukro, en entendant d’aller le faire plus solennellement avec le parti, dimanche prochain.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : « Le parti qui va gagner les élections est celui qui va gagner le pari de la jeunesse » (KKB)

La visite de KKB chez Henri Bédié à Daoukro.

J’ai trouvé un président optimiste, je l’ai  trouvé serein. D’ailleurs, je l’ai retrouvé très requinqué, rien qu’à le regarder, ça dégage de l’espoir. J’ai appelé ça de tous les vœux pendant 9 ans. Moi, je suis un pur produit du PDCI-RDA, je ne connais qu’un seul langage, la paix, le rassemblement, le dialogue, la concorde, l’amour. En plus, la Côte d’Ivoire a trop souffert.

Je pense que ce dont la Côte d’Ivoire a besoin aujourd’hui, c’est la paix. La paix que les hommes politiques doivent lui donner, parce que c’est la classe politique qui a entraîné la Côte d’Ivoire dans le gouffre, dans la guerre. Nous devons donner aux Ivoiriens la paix et 2020 doit être l’occasion pour nous, la classe politique tout entière, de prendre conscience de cela ».

KKB chez Bédié à Daoukro

C’est pourquoi, lors de mon dernier voyage à La Haye (pour voir Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, NDLR), j’ai aussi lancé l’appel pour demander à nous tous, de quitter la belligérance et de nous installer définitivement dans la voie de la paix. Pour donner l’exemple, j’ai été moi-même vers mon père Henri Konan Bédié. 

 Vous savez très bien que dans un passé assez récent, nos rapports étaient quelque peu tumultueux, j’ai été pour prendre toute ma place dans le PDCI-RDA, pour faire la paix avec mon père. Comme quoi, il y a un temps pour faire la paix, il y a un temps pour faire la guerre et ce jour-là, en sortant de chez le président, c’est devant vous (Ndlr : la presse) que j’ai lancé l’appel. Il nous faut faire la paix dans nos maisons pour que nous soyons capables de faire la paix avec les autres.

Bédié KKB Daoukro; Kouadio Konan Bertin (KKB)
Kouadio Konan Bertin (KKB)

Et j’ai même modestement demandé aux autres de faire comme moi. Je considère donc que le président Laurent Gbagbo et Affi N’guessan ont entendu mon appel. Non seulement, je m’en réjouis, mais je les félicite et je les encourage à continuer dans cette voie.

Nous avons besoin d’unité, nous avons besoin de rassembler à nouveau, le peuple de Côte d’Ivoire et les Ivoiriens attendant de la classe politique, des signaux forts. Un tel acte ne peut être que salué, donc je les salue et je les félicite.

Elvire Ahonon

  •  
    339
    Partages
  • 339
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elvire Ahonon

Précédent

« Nous allons dénoncer la dictature de ce régime que nous-mêmes avons installé au pouvoir par les armes » (Samuel Zié Soro)

Suivant

« Que s’est-il vraiment passé à Bruxelles entre Affi et Gbagbo ? » (Opinion)

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *