Incroyable mais vrai, le collège de Pacobo livré en septembre déjà fissuré

collège Pacobo fissures

collège Pacobo fissures

Ouvert en septembre 2019, les bâtiments du Collège moderne de Pacobo, dans l’Agneby-Tiassa, présentent des fissures sur des murs. Qu’est ce qui explique ces fissures pour un établissement construit en 2019 ?

Cette situation inquiète les apprenants, les enseignants et les parents d’élèves qui craignent le pire. Les murs de la clôture ne sont pas en reste. Et ce, pour une école qui a été construite en 2019 et qui a ouvert ses portes le lundi 9 septembre. La première pierre du Collège a été posée en juillet 2018 par Martin Nando M’Bolo, alors président du conseil régional de l’Agneby-Tiassa en présence du Sous-préfet.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Seulement 5 enseignants au collège moderne de Gagoré, circonscription du Chef Cab de Kandia

Les ouvriers sont à pied d’œuvre, en vue de faire des réparations sur les murs pour rattraper les fissures. La présence de celles-ci sont-elles liées à des erreurs dans la mise en œuvre de ces immeubles ? Les services spécialisés du Ministère de la construction, du Logement, de l’Assainissement et de l’urbanisme ont-ils procédé à la vérification du matériel utilisé pour la construction de ces salles de classes ?

Notons que ces derniers temps, les effondrements d’immeubles sont récurrents en Côte d’Ivoire. En rappel, une partie d’un immeuble en construction à Angré Djibi 8è tranche, commune de Cocody s’était effondré le lundi 29 mai 2019 suite à la pluie survenue toute la journée. Le lundi 7 janvier 2019, un immeuble R+4 s’était écroulé à Yopougon-Maroc.

Effondrement des immeubles en Côte d’Ivoire

Le bilan était de 4 blessés. Le mercredi 14 juin 2018, un immeuble en construction de quatre niveaux à Yamoussoukro s’était effondré faisant 9 morts et de nombreux blessés. Amédé Koffi Kouakou, alors directeur général du Laboratoire du bâtiment et des Travaux Publics (LBTP) de Côte d’Ivoire, explique le mercredi 8 janvier 2019 que trois raisons expliquent l’effondrement des immeubles.

« Première cause responsable de l’écroulement des immeubles, c’est que les fondations ne sont pas adaptées. La deuxième, les matériaux qui ont été utilisés, notamment le sable, le gravier, le ciment, le fer à béton, ne sont pas toujours conformes aux normes qui existent. Quand l’entreprise chargée de construire le bâtiment n’a pas la compétence requise, cela constitue la troisième cause ».

Karina Fofana

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Karina Fofana

Read Previous

Côte d’Ivoire : La Haute autorité pour la bonne gouvernance continue sa comédie

Read Next

Le procès du journaliste Hubert Yao Konan au bord de la paralysie, encore renvoyé à Bouaké

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *