Le grave aveu de Gon devant des journalistes : « Il n’y a que nous les politiques qui créons les tensions »

Amadou Gon Coulibaly et Alassane Ouattara le 16 mai 2019 au palais présidentiel du Plateau

Le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, a animé, hier jeudi 20 février 2020, une conférence de presse à la Primature, pour présenter à la presse, le bilan du programme social du gouvernement. A cette occasion, le chef du gouvernement s’est dit surpris des accusations de l’opposition concernant la rupture du dialogue politique.

Après avoir présenté le bilan du programme social du gouvernement sur la période 2019-2020 dans ses propos liminaires, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly s’est également félicité des avancées positives des actions gouvernementales dans tous les domaines d’activités. Sur le plan social, le Premier ministre s’est dit satisfait de la couverture en électricité, en eau potable dans plusieurs localités du pays. Selon le conférencier, en 2011, le taux de couverture était seulement de 33,1% contre 69 % en 2019 pour atteindre bientôt en 2020, 80 %.

A lire aussi : Gon Coulibaly : Les 8 gros handicaps du « meilleur » présidentiable du RHDP

Au niveau de la santé, de l’éducation, la satisfaction du chef du gouvernement est totale même s’il reconnait que des efforts demeurent encore. Au plan politique, également, le Premier ministre se dit satisfait des discussions avec l’opposition ivoirienne pour les élections présidentielles d’octobre 2020.  « Nous avons fait notre part et personnellement, j’avoue que les discussions se sont bien déroulées dans une bonne ambiance. Nous avons enregistré des points d’accord et des points de désaccord » a dit le Premier ministre avant de s’étonner de la réaction des responsables de l’opposition qui avancent une quarantaine de points de désaccord.

Gon Coulibaly, une conférence de presse à la Primature

« On avance qu’il y a 40 points de désaccord, mais c’est faux. Je me réjouis des points d’accord et pour le reste, nous allons rendre compte au gouvernement. Les points de désaccord ne sont pas des problèmes entre l’opposition et le gouvernement, mais plutôt entre l’opposition et la société civile. Comme exemple de désaccord entre la société civile et l’opposition, il y a la limitation du mandat proposée par la société civile que l’opposition a rejetée. Il  y a aussi le cas des élus qui, après leur élection sous la bannière d’un parti politique, quittent leur parti. La société civile se dit opposée à cela et l’opposition dit non ! On dramatise pour rien », s’est défendu le Premier ministre.

Par ailleurs, le chef du gouvernement s’est voulu clair en affirmant qu’avec les partis de l’opposition, des accords de taille ont été trouvés, notamment sur la caution et la transhumance au niveau des électeurs. « De commun accord, nous nous sommes accordés sur la caution à l’élection présidentielle qui passe de 20 millions à une fourchette de 50 à 100 millions et le remboursement à partir de 5 % des suffrages au lieu de 10 %. Nous avons également trouvé un accord pour mettre fin à la transhumance des  électeurs. Pourquoi donc tant de problèmes. Je souhaite qu’on ne crée pas de tension artificielle », a souhaité le Premier ministre avant de lancer un appel au calme pour une élection apaisée.

Amadou Gon, le bilan du programme social du gouvernement

Gon conférence presse Primature. Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly
Le Premier ministre ivoirien Amadou Gon Coulibaly

« Il y a quelques mois, il y avait une crispation, mais c’est fini. Ce n’est pas la peine de créer des crispations artificielles. Les discussions se sont bien  terminées, qu’on ne crie pas au diable. Je souhaite vraiment que les élections se déroulent dans une atmosphère de paix. La Côte d’Ivoire n’a plus besoin de tension, car les concitoyens, dans le pays, ont besoin de sérénité et de paix. Il n’y a que nous les politiques qui créons les tensions », a reconnu Amadou Gon Coulibaly. S’agissant de sa candidature à l’élection présidentielle, le pressenti dauphin de Ouattara dit attendre la convention de son parti, le RHDP, pour le choix de celui qui va défendre les couleurs du parti.

Par ailleurs, concernant l’acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, le Premier ministre dit avoir pris acte. « Nous disons que la Côte d’Ivoire ne pouvait pas ne pas être présente au procès de La Haye. Après l’acquittement de Gbagbo et de Blé Goudé, le gouvernement prend acte de la décision de la Haye. Concernant la polémique autour des avocats, je crois qu’il y a une mauvaise compréhension. L’Etat a des avocats qui sont à la CPI et leurs décisions ne dépendent pas forcement du gouvernement », a-t-il coupé court. Concernant les poursuites contre Soro, le chef du gouvernement s’est contenté de signifier que cela relève de la justice.

F.K

  •  
    30
    Partages
  • 30
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info