Guikahué : « Des gens veulent me tuer, nous avons des indices »

Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du PDCI

Dans le viseur de tueurs depuis quelques jours, dit-on, Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA, que nous avons joint au téléphone, nous a livré plus de détails.

Monsieur le Secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA, comment évolue la situation depuis que vous avez annoncé que des tueurs sont à vos trousses ?

Vous vous rappelez qu’il y a un an des jeunes sont venus chez moi parce que j’avais été menacé. Des gens voulaient détruire mon domicile. Donc, j’ai fait mon signalement à la police, j’ai fait un Op. Je suis un homme politique, donc souvent je reçois des appels anonymes avec des numéros masqués, les gens sont désagréables, ils disent des insanités, parfois ce sont des menaces à mon encontre. Mais, tout ça, je sais que c’est inhérent à la vie politique jusqu’ à ce qu’on ait cette information précisée.

J’observe, nous avons des indices. Effectivement, je suis menacé verbalement. Maintenant, si ça arrive à ce stade, j’ai pris note. J’ai informé la communauté nationale et internationale. Moi, je suis un homme politique, je n’ai commis aucun acte délictueux. Tout ce que j’ai fait, c’est de résister pour ne pas que mon parti politique soit dissous. En tant qu’homme, j’ai droit à une appartenance idéologique, c’est ma conviction. J’observe.

A lire aussi : CÔTE D’IVOIRE : TENTATIVE D’ASSASSINAT DE GUIKAHUÉ ?

Est-ce que cette situation n’affecte pas votre engagement ?

Non, non. Ouézzin Coulibaly, le lion du RDA disait qu’un militant, c’est comme une fleur. Plus tu l’écrases, plus elle embaume. Donc, si ma vie tient tant à ces gens qui veulent me liquider, ça veut dire que je suis sur la bonne voie, donc, ça me réconforte davantage, ça veut dire que je ne me trompe pas,  que je suis la bonne voie.  Je maintiens mon engagement et je ne changerai en rien mes activités.

Quel message lancez-vous aux militants du PDCI-RDA ?

Je leur demande de rester sereins parce que c’est un combat. Je leur dis également qu’Houphouët-Boigny nous a enseigné quand on était jeune que quand tu entres en politique, tu as donné ta vie à Dieu parce qu’à tout moment quelque chose de mauvais peut arriver. Je crois en Dieu, je crois au combat que je mène.

Très jeune, j’ai milité au PDCI-RDA alors que l’environnement politique de Gagnoa ne s’y prêtait pas avec l’histoire que l’on sait, mais j’ai choisi, en mon âme et conscience, de militer au PDCI-RDA. J’ai été président de la Jeunesse du PDCI-RDA, donc, je suis un militant formé par le parti, j’ai fait mes classes dans le parti, jusqu’à ce qu’aujourd’hui, le président Bédié me donne l’occasion d’animer le parti au quotidien.

Donc, je ne me déroberai pas, c’est un choix que j’ai fait dans ma vie, et je maintiens mon choix et mes convictions sont intactes. Et plus que jamais, je suis galvanisé pour mener le combat pour le retour du PDCI au pouvoir en 2020.

Interview réalisée au téléphone par Paul Koffi

  •  
    130
    Partages
  • 130
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info