Gon menace publiquement un patron de presse : Voici ce qu’il lui a dit devant Anne Ouloto

Amadou Gon Coulibaly et Alassane Ouattara le 16 mai 2019 au palais présidentiel du Plateau

C’est Le Nouveau Réveil qui livre les faits présumés. A la fin du meeting à la place Alassane Ouattara de Toulépleu, le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly, au moment où les autres autorités s’apprêtaient à lui dire au revoir, s’est arrêté au niveau de Denis Kah Zion, maire de la commune de Toulépleu et fondateur du journal « Le Nouveau Réveil » (proche du PDCI et d’Henri Konan Bédié) pour lui transmettre un message, a-t-il dit, du président de la République, Alassane Ouattara.

« Publiquement, donc devant des journalistes, ses services de sécurité, des membres de gouvernement, les illustres membres de sa délégation, des cadres et élus du département de Toulépleu et, surtout pour témoin oculaire, Madame la ministre Anne Désirée Ouloto, fille de Toulépleu, le Premier ministre a parlé à Kah Zion sans prendre de gants », précise le journal.

« D’un ton très ferme, voire martial, le Chef de Gouvernement en visite de travail à Toulépleu a dit au maire Denis Kah Zion que le président de la République n’est pas content de lui, n’est pas content de son journal « Le Nouveau Réveil » ; que le Chef de l’Etat n’apprécie pas les attaques au quotidien de ce journal contre le président de la République qu’il est », a indiqué Le Nouveau Réveil dans un article.

Le Nouveau Réveil du lundi 7 octobre 2019
Le Nouveau Réveil du lundi 7 octobre 2019

« « Le Nouveau Réveil », ton journal s’attaque tous les jours au président Alassane Ouattara, il me charge de te dire que tu es libre de faire ton travail, mais qu’il n’acceptera plus les attaques gratuites et méchantes contre sa personne. En venant ici à Toulépleu, il m’a demandé et il a surtout insisté que je te porte ce message qui, j’espère, a été bien entendu et bien compris. Merci », a dit avec une colère mal cachée le Premier Ministre que toute la population de Toulépleu vient d’accueillir », assure le journal.

A lire aussi. Gon Coulibaly : Les 8 gros handicaps du « meilleur » présidentiable du RHDP

Le quotidien proche du PDCI d’Henri Konan Bédié souligne que cette scène surréaliste s’est déroulé « sous le regard désabusé d’une foule compacte curieuse de suivre cette interpellation en direct et ces menaces au grand jour, sur cette place de la paix baptisée place Alassane Ouattara, le samedi 22 février 2018, en présence du Vice-président de la République, Daniel Kablan Duncan, par le conseil municipal sous la houlette du même maire Denis Kah Zion depuis le 22 Février 2018″.

« Chose curieuse, rappelle le journal, au moment où son frère, le maire Denis Kah Zion, était menacé publiquement par le chef du gouvernement, madame la ministre ADO arborait un sourire approbateur et de soutien à ces graves menaces du porteur du message. Ça sentait tout simplement comme de la complicité. Approché à la fin de ce tête-à-tête particulier et inopportun, au dire de tous, le maire Kah Zion, simplement, s’est refusé à tout commentaire ».

Contacté, un responsable du service de la Communication du Premier ministre assure n’avoir pas été témoin des allégations et estime que « ce n’est pas dans le genre du patron. Nous allons nous informer ».

Elvire Ahonon (Source : Nouveau Réveil)

  •  
    1.2K
    Partages
  • 1.2K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info