Côte d’Ivoire : La Banque mondiale décaisse 158 milliards FCFA pour la gestion des déchets et inondations dans les grandes villes

Pour prévenir les risques d’inondation et améliorer la qualité de gestion des déchets solides dans la capitale économique, Abidjan, et les grandes villes du pays, le Conseil d’administration du Groupe de la Banque mondiale a approuvé, le 12 juin dernier, un crédit IDA de 315 millions de dollars, soit environ 158 milliards Fcfa à la Côte d’Ivoire.

Il s’agira, à travers le Projet d’Assainissement et de Résilience Urbaine (PARU), d’améliorer la gestion des eaux pluviales et des ordures ménagères afin de réduire les risques d’inondations et sanitaires élevés auxquels sont confrontés les ménages urbains pauvres. De façon spécifique, il sera question, lors de la première phase de la mise en œuvre, de construire ou réhabiliter les systèmes de drainage pour une meilleure canalisation des eaux pluviales dans les quartiers les plus exposés comme Yopougon et Abobo, les deux quartiers les plus peuplés d’Abidjan, ainsi que Grand Bassam pour un montant de 37 millions de dollars.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Plusieurs quartiers d’Abidjan sous les eaux

Selon la Directrice des opérations de la Banque mondiale pour la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo et la Guinée, Coralie Gevers, la construction de nouveaux systèmes de drainage, telle que déjà en cours à Yopougon où il y a un grand chantier, améliorera fortement la qualité de vie des communautés environnantes.

Gestion des déchets et inondation à Abidjan et dans les grandes villes

Mais, estime-t-elle, “cette amélioration ne peut être durable que si elle est accompagnée par la mise en place d’une collecte régulière des déchets solides et une meilleure planification urbaine“.

inondation gestion déchets Abidjan

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

« Si nous voulons éviter que les inondations continuent à affecter les populations des quartiers défavorisés, il est essentiel que les autorités et les communautés se mobilisent pour mieux gérer les déchets et mieux planifier » a-t-elle ajouté. Non sans avoir relevé que le taux de collecte des déchets solides est seulement de 40% dans la plupart des villes du pays. C’est pour cela que le PARU lancera, dès 2021, la phase de construction de nouveaux sites d’enfouissement à Abidjan, et à partir de 2022, poursuivre avec les sites des villes secondaires.

F.B

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Read Previous

Côte d’Ivoire : « L’attitude de la CEI est suspecte » (Guikahué)

Read Next

Vodoo de Sawegnon cité dans un délit d’initié avec la CEI : « Il est à craindre que l’agence ne manipule le fichier électoral pour le RHDP » (Guikahué)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *