France : Des cyber-militants « rattachés à l’ambassade » de Côte d’Ivoire confirment la présence de Gon à la clinique Bizet

Des individus se faisant passer pour des cyber-militants “rattachés à l’ambassade” de Côte d’Ivoire en France disent avoir été envoyés par ladite ambassade dirigée par Maurice Bandama, à la clinique le Centre Médico Chirurgical Bizet, à Paris 16 pour défendre la cause du Premier Ministre Amadou Gon qui selon eux, a été bafouée. Ils y confirment sa présence.

La guerre de communication entre pro-Soro et pro-Amadou Gon fait rage dans le pays d’Emmanuel Macron ces temps-ci. Et ce, depuis l’information livrée le mercredi 13 mai 2020 par l’activiste pro-Soro, Maïmouna Camara dit La Guêpe, 40 ans, faisant état de ce qu’Amadou Gon Coulibaly a été interné dans la clinique : le Centre Médico Chirurgical Bizet, à Paris 16. Pour laver l’affront, des individus, se faisant passer pour des cyber-militants “envoyés par l’ambassade” de Côte d’Ivoire en France se sont rendus ce dimanche 17 mai 2020 à la clinique Bizet.

A lire aussi : France : Qui est le pro-Soro qui a filmé Adjoumani au Salon de l’agriculture de Paris ?

Voulant vérifier l’information, ces individus confirment ainsi la présence du candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) à la présidentielle d’octobre 2020. « Nous sommes là pour parler à ceux qui ont donné les informations. A savoir si véritablement ces informations ont été données par l’hôpital. Donc, ils sont en train de questionner pour l’instant le monsieur », explique un cyber-militant.

Des activistes pro RHDP devant la clinique Bizet

« Comme vous êtes une personne responsable de l’hôpital, on vient vers vous pour vous expliquer parce qu’il y a une plainte qui sera déposée. (Vidéo à voir en cliquant sur ce lien) Mais pas contre l’hôpital. On voulait avoir plus de détails parce que cette personne a enregistré votre standardiste qui leur a donné des informations soi-disant que le ministre était là. On est des cyber-militants, on est rattaché à l’ambassade. Parce que on est des Ivoiriens et là on est là pour défendre las causes de notre Premier Ministre qui ont été bafoués. En plus c’est des secrets médicales aussi », fait-il observer un autre dans un français approximatif.

Hôpital Pitié Salpêtrière
Hôpital Pitié Salpêtrière

Ont-ils été réellement envoyés par l’ambassade ? Les services de la chancellerie ivoirienne ne confirment, ni n’infirment. Une source proche de l’ex-ministre Bandaman, rappelle que ce dernier vient d’arriver à son nouveau poste et n’a pas encore véritablement pris ses quartiers. « Beaucoup de choses se font ou se disent au nom de l’ambassade, mais un ambassadeur n’envoie pas de cyber-militants dans un endroit public, il envoie des fonctionnaires accrédités », commente une source proche de l’ambassade ivoirienne.

Ironie du sort, la présence de ces activistes manifestement proches du RHDP confirme les conversations téléphoniques que La Guêpe a eues avec le personnel du service de chirurgie cardiologique de l’hôpital parisien de La Pitié Salpêtrière. En effet, grâce à ces échanges l’on a su qu’Amadou Gon Coulibaly a été admis dans une autre clinique : le Centre Médico Chirurgical Bizet, à Paris 16, « pour une réhabilitation » selon le personnel de santé. Pour se rassurer, La Guêpe avait dit avoir joint par la suite le Centre Médico Chirurgical Bizet. C’est ainsi que selon elle, son interlocuteur lui a confirmé qu’il y avait bel et bien un patient du nom d’Amadou Coulibaly au sein de cette clinique.

Karina Fofana

cyber militants Gon Bizet

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Karina Fofana

Read Previous

Rwanda : Le fondateur de la radio Mille collines Félicien Kabuga arrêté en France, 22 ans après

Read Next

Burkina Faso : La statue refaite de Thomas Sankara réinstallée sur le site du mémorial

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *