Drogba à la fin de l’AG de la FIF : « On ne se lance pas dans un tel challenge si on n’est pas sûr de ses forces »

Fernand Dédeh revient sur les enseignements de l’assemblée générale ordinaire de la Fédération ivoirienne de football (FIF), ce samedi 4 juillet 2020 à Yamoussoukro. Il parle de Sidy Diallo, de Didier Drogba et de ses challengers, candidats à la présidence de l’organe dirigeant du football ivoirien.

Sidy Diallo a gagné son pari

partir la tête haute, sur un tapis rouge. Ses pas de danse à la sortie sont l’expression de ses sentiments refoulés. Il craignait cette rencontre. Malgré l’engagement de plusieurs dirigeants de ne rien faire pour l’humilier. Beaucoup avaient en effet décidé de lui accorder le quitus malgré les divergences. Mais en retour, ils demandaient une amnistie générale pour tous les présidents sanctionnés pendant les deux mandats de Sidy Diallo. Il avait déjà accordé son pardon et annulé toutes les sanctions le 25 mai 2019. Mais sur la demande de l’amnistie, il a dégagé en touche, il a proposé d’aborder la question dans les divers pour finir par la noyer. Il a surtout fini par diviser la famille de ses opposants en deux groupes: les irréductibles et les modérés.

Ceux qui ne voulaient pas du tout lui concéder la moindre onction et ceux qui considéraient que le plus important, c’était son départ et la mise en place de la commission électorale indépendante. Et donc, l’élection du 5 septembre 2020.
Sidy Diallo part de la tête de la FIF avec l’image « d’un roseau, un vrai puncheur. ». Il a pris énormément de coups, il a parfois plié mais jamais, il n’a rompu. Il s’est dit satisfait de ses performances et était dans le beau rôle pour dénoncer « les menteurs ». Maintenant, cap sur l’assemblée générale élective du 5 septembre 2020. Il est à fond derrière son premier vice-président, Sory Diabaté, candidat à la succession du triple champion d’Afrique (CAN 1992 et 2015) et (CAN des Cadets 2013) et de l’homme-tombe, qui parla rarement à la presse.

Sory Diabaté:

Ses partisans ont chanté et dansé. Un vote négatif pour le quitus et sa candidature allait souffrir d’une tache noire du mauvais gestionnaire. Il profite grandement de cette victoire et du coup, au regard des données de l’assemblée générale ordinaire, devient le favori de la future élection ou du moins, part avec les faveurs des pronostics. La lecture attentive des résultats du vote du quitus montre en effet que le comité exécutif sortant a gardé sa base électorale. Il l’a même améliorée. Si le report des voix des soutiens de Sidy Diallo se fait automatiquement ou disons majoritairement sur son vice-président, ce dernier peut déjà préparer son ballet pour le 5 septembre 2020. Seulement voilà, Sory Diabaté n’est pas Sidy Diallo.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Négligence coupable sur les mesures barrières à l’assemblée générale de la FIF à Yamoussoukro

Et tous ceux qui soutiennent Sidy Diallo n’ont pas forcément le même rapport de proximité et d’intérêts avec Sory Diabaté. Ce dernier devra alors capitaliser le vote favorable au comité exécutif sortant mais surtout, faire valoir son équation propre.

Didier Drogba:

C’était sa première assemblée générale. Il a écouté, il a appris, il a découvert les hommes du milieu du football ivoirien. L’ex-capitaine des Éléphants a vu le niveau des discussions et le centre d’intérêt des dirigeants de clubs. Il était focus sur la mise en place de la commission électorale indépendante pour aller rapidement aux élections. Pour lui, le quitus était juste un billet aller. À la sortie de la salle, les observateurs l’ont vu faire un brin de causette avec Sory Diabaté avant de déclarer à la presse: « Je pense qu’on ne se lance pas dans un challenge comme celui-là si on n’est pas sûr de ses forces et si on n’a pas les atouts nécessaires. J’ai une vision nouvelle à apporter. ».

Didier Drogba, Idriss Diallo et Sory Diabaté
Didier Drogba, Idriss Diallo et Sory Diabaté

Les observateurs ont par contre, noté l’expression des visage de certains membres du staff de Didier Drogba, notamment, Eugène Marie Diomandé. Il a soigneusement évité la presse, fuyant les regards et la Fondation Felix Houphouet de la Paix ou presque. Visiblement, pas content!

Idriss Diallo et Malick Toé:

Idriss Diallo a fait une blague pour éviter de parler à la presse « Je vous aime tous. ». En réalité, il cachait mal l’échec de la stratégie du « oui-non » de son attelage avec le parrain du groupe des contestataires, le GX, Malick Toé. Il y a deux forces opposées dans ce groupe. Le GX originel, pur et dur qui n’entend pas faire de quartier à Sidy Diallo. Il l’a toujours combattu, il lui a toujours refusé le quitus lors des assemblées générales. Il ne pouvait pas changer sur le coup. Il y a les partisans de Idriss Diallo, qui sont modérés et qui ne voyaient pas d’intérêt à humilier un président sortant qui, plus est, n’est pas candidat à sa propre succession.

Pour ceux-ci, il fallait très vite passer le cap de l’assemblée générale ordinaire, ne pas faire traîner davantage les choses, obtenir la mise en place de la commission électorale indépendante et avancer sur le 5 septembre 2020

Pour ceux-ci, il fallait très vite passer le cap de l’assemblée générale ordinaire, ne pas faire traîner davantage les choses, obtenir la mise en place de la commission électorale indépendante et avancer sur le 5 septembre 2020. Le noyau dur du GX a demandé une chose à ses responsables: obtenir de Sidy Diallo, une amnistie générale pour tous les dirigeants sous sanctions. Toute la nuit du vendredi 3 juillet au samedi 4 juillet 2020, des tractations ont eu lieu. Le facilitateur était le président de la JCAT, Adou Nangon. Visiblement, sa mission n’a pas abouti.

5- La commission électorale indépendante

Le comité exécutif a fait les propositions, validées par l’assemblée générale

René Diby, ancien ministre des Sports et ex-président de la FIF

Soumahoro Mamadou, président de la conférence des présidents de fédérations

Lucien Boguinard du conseil national des Sports

Me Gnamien Antoine, ancien président de club et notaire

Irié Bi Tou, ancien international

le Magistrat Yao Abel

Sam Etiassé ( Directeur exécutif de la FIF).

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Note: Dans l’ensemble, l’assemblée générale s’est déroulée dans une bonne ambiance. Quelques tensions mais vite aplanies. Chaque partie sait désormais sur quel pied danser. Sidy Diallo a montré les premiers pas du ballet… Chacun doit maintenant l’améliorer pour le 5 septembre 2020.

Fernand Dédeh

  •  
    2.1K
    Partages
  • 2.1K
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fernand Dedeh

Read Previous

Burkina Faso : Les 600 étudiants envoyés par Thomas Sankara pour être formés à Cuba demandent à être dédommagés

Read Next

Mali : « Nous allons trouver la solution, mon rôle d’Imam m’oblige à considérer la paix comme l’essentiel » (Dicko)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *