Coulibaly-Kuibiert aux Ivoiriens : « Ne préjugez de rien, jugez-nous sur des actes »

Le nouveau président de la Commission électorale indépendante (CEI), Ibrahime Coulibaly-Kuibiert a fait sa première déclaration à l’issue de son élection controversée, le lundi 30 septembre 2019. Larges extraits.

Il faut qu’on se mette au travail parce qu’on nous regarde. La nation nous regarde. Certains mêmes se demandent ce qu’on a fait à Dieu pour qu’on nous amène à la CEI parce qu’élection rime avec crises. Il faut que cela cesse. Il faut que nous fassions de sorte qu’il n’y ait plus de crises après les élections. Pour voter, il faut qu’il y ait des lois et les lois sont contenues dans le code électoral principalement. Donc, nous sommes appelés à adopter le code électoral.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Voici le CV de Coulibaly-Kuibert, nouveau président de la CEI

Si tous les électeurs sont des Ivoiriens, tous les Ivoiriens ne sont pas électeurs. Il faut faire de sorte que ne se trouvent sur cette liste que ceux qui remplissent les conditions pour être électeurs. Il faut faire de sorte que la liste électorale corresponde à la réalité

L’heure n’est pas au discours. C’est pour cette raison que j’exhorte ici mes collègues de la Commission centrale de nous atteler à ces différentes missions. Pour mener à bien ces missions, il faut que je m’adresse aux électeurs. Qu’ils nous fassent confiance. Qu’ils ne préjugent de rien. Ici, il y a plusieurs compétences. C’est un creuset d’intelligences. Qu’ils nous fassent confiance parce que nous avons prêté serment. Le serment est une alliance que nous avons nouée avec la vérité.

La CEI fonctionne de façon collégiale. Ce n’est pas monsieur Kuibiert seul qui va prendre les décisions. Les décisions se prennent ensemble et au sein de la CEI, tous les acteurs des élections sont représentés de sorte qu’il faut être si fort pour tronquer la vérité. Il faut faire de sorte que nous puissions bénéficier de la présomption d’innocence si vous nous considérez comme étant des coupables. Mais, pour être coupable, il faut avoir agi et nous n’avons pas encore agi. C’est une valeur constitutionnelle. Il nous faut présumer innocents et nous juger sur les actes.

Elvire Ahonon

  •  
    245
    Partages
  • 245
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prince Beganssou

Read Previous

Côte d’Ivoire : Voici le récit détaillé de la parodie d’élection du bureau de la CEI

Read Next

CEI / Georges Armand Ouégnin, président de EDS : « C’est un protégé du pouvoir, qui est à la fois juge et partie »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *