Côte d’Ivoire : Voici les problèmes brûlants de l’école

Kandia Camara et Raymonde Goudou-Coffie, le samedi 11 mai 2019 à Djékanou

Communique de presse du 05 septembre 2019 sur les problèmes brulants du secteur à la veille de la rentrée scolaire 2019.2020.

L’année scolaire 2018-2019 s’est achevée dans des conditions globalement acceptables, nonobstant les perturbations occasionnées par les enseignants du secteur public d’enseignement, et le silence des autorités en charge de ce département, sur les difficultés criardes des établissements privés (gouvernance et finances). Durant l’année scolaire écoulée, tous nos efforts et autres démarches pour attirer l’attention des plus hautes autorités (et ainsi éviter des crises inutiles au système) se sont avérés vains. La politique des petits pas et la navigation à vue étant la règle.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Le sergent instructeur de l’École de police jouait plutôt le rôle de la femme

Qu’on en juge par nos correspondances suivantes, restées sans suite !

Au ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle :

–          27/08/2018 : Problèmes de rentrée 2018/2019, à savoir contrôle des effectifs, élaboration des documents financiers ;

–          14/03/2019 : Perturbations des cours dans les écoles privées et casses de certains établissements privés suite aux grèves des enseignants du public ;

–          12/05/2019 : Préoccupations de l’enseignement privé portant sur l’application du Protocole d’Accord du 08 Avril 2016, la révision des conventions de 1992 et 1998, et l’apurement du reliquat des passifs validés ;

Au Premier Ministre, ministre du Budget et du portefeuille de l’état :

–          05/07/2019 : Préoccupations de l’enseignement privé

C’est la raison pour laquelle la Coordination des Associations de Promoteurs des Écoles Privées de Côte d’Ivoire (Coordination), qui a le devoir de donner  l’information juste et vraie à la communauté éducative, a-t-elle décidé de faire ce communiqué afin d’interpeller une fois de plus les autorités compétentes et prendre à témoin l’opinion publique sur le préjudice qui est causé à nos établissements dont la qualité des résultats et la place prépondérante dans le système éducatif ivoirien sont désormais reconnues de tous.

Soit au niveau du Secondaire Général et du Secondaire Technique : 1.520 établissements (76%), 1.040.000 élèves (49%) et 36.470 enseignants (56%).

DES QUESTIONS FINANCIERES :

PAIEMENT DES FRAIS DE SCOLARITE A LA CHARGE DE L’ÉTAT

En ce qui concerne les frais de scolarité à la charge de l’état pour l’année scolaire écoulée, débutée le 10 septembre 2018 et qui s’est achevée le 31 Juillet 2019, aucun centime n’a encore été décaissé au profit des établissements scolaires conventionnés. Pire les décisions financières (titre de créance) n’ont été délivrées aux écoles privées que le 04 juillet 2019 par la tutelle, et à ce jour 05 septembre 2019 (soit à la veille de la prochaine rentrée scolaire), les mandats devant servir à leur paiement ne sont pas encore parvenus au Trésor !

REVISION DES CONVENTIONS AVEC L’ÉTAT (1992 ET 1998)

En plus d’être payés tardivement (nous dirions avec une année scolaire de retard) ces frais d’écolage adossés à des conventions vieilles de plus de 25 ans, ne sont plus en adéquation avec la situation économique du pays. Nous pouvons citer le cas des fonctionnaires et autres enseignants du public pour lesquels le gouvernement a fait et continue de faire d’énormes sacrifices pour améliorer leurs conditions de vie et de travail.

L’actualisation des frais d’écolage issus des conventions de 1992 et 1998 est donc plus que jamais nécessaire pour prendre en compte la dévaluation du franc CFA (50%) intervenue en 1994, et l’inflation au taux de 2,5% l’an sur 25 ans (chiffre de la Banque Mondiale).

En franc constant, les 120.000 F convenus en 1992 comme frais d’écolage d’un élève du premier cycle (de la 6ème à la 3ème) du Secondaire Général par exemple, ne représentent plus aujourd’hui que 30.000 F (la perte de pouvoir d’achat étant de 75%).

Autrement dit, la valeur actuelle des 120.000 F par an par élève du secondaire général du premier cycle, devrait être de 400.000 F/élève/an.

DE L’ADMINISTRATION DU SYSTEME :

Au plan de la gouvernance du système, l’enseignement privé n’est pas mieux loti. Que ce soit au niveau des affectations en sixième que de l’orientation en seconde, les intérêts particuliers ont pris le pas sur la transparence et l’équité. Ce qui a pour corollaire la non maîtrise des effectifs malgré la disponibilité d’équipements modernes performants au niveau de l’administration. D’où le retour pernicieux du déséquilibre budgétaire ayant entraîné l’année scolaire dernière, un Gap de 15% à 35% selon l’ordre d’enseignement ; en violation flagrante de l’article 3 alinéa 1 du Protocole d’Accord du 08 Avril 2016.

Pire, sous le fallacieux prétexte d’erreurs ou d’omissions sur le décompte des effectifs d’élèves affectés, ces coupes sombres sur les frais d’écolage dus aux établissements conventionnés, s’opèrent en toute illégalité, sans qu’il ne soit délivré aux intéressés aucun document administratif.

Au lieu de s’attacher à résoudre ces problèmes qui relèvent pourtant de sa compétence, problèmes qui minent l’enseignement privé et le tirent vers le bas, la tutelle donne l’impression de s’en désintéresser, et en rajoute plutôt (marché des affectations et orientations, carte d’identité sécurisée, école média, et autres cotisations intempestives, etc)…

EN CONCLUSION :

Au vu de tout ce qui précède, Si l’État ne prend pas de mesures exceptionnelles immédiates pour rattraper le retard et corriger les dysfonctionnements de l’administration scolaire,Les écoles privées ne pourront pas ouvrir leurs portes le 09 Septembre 2019, date officielle de rentrée pour l’année scolaire 2019/2020 ; Pour cause d’impossibilité pour eux, à faire face aux charges de fonctionnement (salaires impayés de plusieurs mois, non réhabilitation des locaux, matériels pédagogiques et didactiques insuffisants, etc …).

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags:
Articles liés

Sorry, no related articles to display.

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info