Côte d’Ivoire : Voici les doléances des populations de Toulépleu bottées en touche par Gon

Denis Kah Zion et le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly

Le Premier ministre Amadaou Gon Coulibaly n’a pas eu de solutions concrètes pour les populations de Toulépleu, à l’exception des menaces proférées contre Denis Kah Zion, patron de presse et maire de la localité. Nous vous proposons les doléances des populations ci-dessous.

Excellence, Monsieur le Premier Ministre, ici à Toulépleu, nos parents nous ont appris que savoir demander, c’est savoir reconnaître ce qui a été fait.  Malgré les gros efforts consentis par l’Etat de Côte d’Ivoire, les attentes sont, hélas,  encore multiples et multiformes. C’est pourquoi, nos populations sont heureuses de voir le Premier Ministre ce jour et d’exprimer, à lui-même, de vive voix, quelques préoccupations, sinon des doléances du moment d’urgences saisissantes, à savoir :

A lire ausssi : Gon menace publiquement un patron de presse : Voici ce qu’il lui a dit devant Anne Ouloto

L’accès à l’eau potable

La station de traitement d’eau bâtie et inaugurée à Sahibly en 2015 sur le Cavally par le Premier Ministre d’alors Daniel Kablan Duncan, pour un coût de 2 milliards, qui devrait en principe ravitailler tous les villages du département en eau potable ne dessert que huit (8) villages sur la soixantaine que compte le département de Toulépleu. Ironie du sort, le village de Sahibly qui abrite cette usine n’a qu’une partie de sa population alimentée  et une autre privée d’eau de pompe. Les parents souhaitent alors que le Chef du Gouvernement s’y penche avec bienveillance. Ne dit-on pas que l’eau est source de vie ?

L’emploi des jeunes et l’autonomisation des femmes

Pour la construction de la route Bloléquin-Toulépleu-Frontière du Liberia, les jeunes de notre département n’ont pas été recrutés comme il se devait pour des petits  emplois sur les chantiers. Ils ont été, pour tout dire, lésés. Nous souhaiterions que pour les 35% des travaux restants et les chantiers de la construction de la route Toulépleu-Zouan-Hounien soient aussi des opportunités d’emploi aux jeunes du département de Toulépleu. Aussi, tout en félicitant le gouvernement pour l’ouverture d’un guichet emploi-jeunes dans les locaux de l’hôtel de ville ici à Toulépleu, nous souhaitons que celui-ci soit vite opérationnel. Enfin, nous  souhaiterions que nos  femmes de Toulépleu soient beaucoup plus prises en compte que par le passé dans les différents programmes de l’autonomisation de la femme.

Au plan scolaire

Pour tout le département, nous n’avons qu’un seul Lycée moderne qui d’année en année souffre d’un manque criard d’enseignants. Pour cette rentrée scolaire, sur 57 professeurs attendus, notre lycée n’a que 18 professeurs dont seulement 4 qui sont des professeurs de lycée. Le lycée de Toulépleu n’a ni censeur, ni intendant, ni inspecteur d’éducation, ni inspecteur d’orientation. Toutes choses qui créent beaucoup de désagréments quant à l’encadrement des élèves et de leurs enseignements. Cette situation similaire s’observe dans les collèges de proximité de PEHE et de NEZOBLY ou de nombreux élèves attendent depuis la rentrée leurs enseignants. Aussi serait-il souhaitable que l’Etat nous construise un centre ou un lycée professionnel qui accueillera et formera nos enfants, filles comme garçons, qui aspirent à la formation professionnelle.

L’accès à la voie bitumée dans certaines agglomérations

Des agglomérations comme PEHE et SAHIBLY, traversées par la route bitumée, sont coupées en deux. A PEHE,  la route passe en dessous de la ville et à Sahibly, elle passe en hauteur du village, sans aménagement de passerelles d’accès. Il  y a un réel danger pour tous, et nous souhaiterions que cela soit corrigé pour éviter des drames prévisibles.

L’électrification villageoise

Le projet d’électrification villageoise piloté par Côte d’Ivoire énergie et qui prend en compte, pour l’instant, dix (10) de nos villages, est malheureusement au ralenti. Le souhait de tous est que la visite du Premier ministre soit le détonateur qui vienne booster et accélérer ce programme tant attendu par tous.

Le renforcement du plateau sanitaire

Nous allons prier aussi notre illustre hôte de bien vouloir faire en sorte que nous bénéficions de la construction et de l’équipement d’autres centres de santé avec une amélioration du plateau sanitaire surtout à l’hôpital général de Toulépleu dont le bloc opératoire est insuffisamment équipé en matériels techniques et en personnels (il n’y a ni chirurgiens ni anesthésistes.)

La voirie de Toulépleu

Faut-il demander ce qui apparemment est déjà obtenu ? Monsieur le Premier Ministre, la ville frontalière de Toulépleu est la vitrine, la porte d’entrée et de sortie vers le Liberia. Son image par conséquent devra refléter celle d’une Côte d’Ivoire reluisante et émergente.  Dix(10) nouveaux kilomètres de bitume dans la ville, en plus des neuf (9) kilomètres  de bitume obtenus sous le régime du président Bédié en 1995 donneraient une fière allure à notre cité verdoyante et la rendrait encore plus coquette et attrayante.

les conflits fonciers

Un autre problème récurrent dans notre département, ces dernières années et qui persiste, c’est celui des conflits fonciers. Entre les autochtones eux-mêmes, entre les autochtones et les allogènes et entre les autochtones et nos frères de la CEDEAO. Monsieur Le Premier Ministre, il faut très rapidement et sérieusement  que le gouvernement  se penche sur cette question perçue  par tous les observateurs comme une véritable bombe à retardement. Il faut agir ici et maintenant avant qu’il ne soit tard. La paix dans notre département en dépend véritablement.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info