Côte d’Ivoire : Visé par des perquisitions, voici où se trouve Fofié

Martin Fofié Kouakou

Martin Fofié Kouakou

Alors que ses domiciles de Korhogo ont fait l’objet de perquisitions ordonnées par le procureur Adou Richard, le vendredi 03 janvier 2019, l’on apprend que le colonel Martin Fofié Kouakou, est toujours à son poste au 2ème bataillon de la région militaire de Daloa.

Pour l’heure, aucune accusation ne lui a encore été notifiée. Mais selon des indiscrétions, l’ex-seigneur de guerre de la rébellion de Guillaume Soro, est soupçonné de collusion avec l’entourage de ce dernier. L’ex-président de l’Assemblée nationale est accusé de tentative de déstabilisation du régime d’Abidjan.

De fait, les perquisitions effectuées dans la résidence du colonel Fofié, au Quartier 14 et puis celle située sur la route de M’bengué, dans la ville de Korhogo, pas trop loin de l’ancienne CNPS qui servait de camp à la mission onusienne ; se sont soldées par une maigre découverte d’armes. Ce sont 03 kalachnikov et 02 fusils à pompe saisis sur sa garde rapprochée qui ont été trouvés chez l’ex-commandant de la zone 10 de Korhogo, en formation à l’école nationale d’administration.

A lire aussi : Le domicile de Lobognon perquisitionné en l’absence de son épouse : Voici ce qui a été saisi

Par ailleurs, depuis le 23 décembre 2019, date du retour manqué de Guillaume Soro en Côte d’Ivoire. Et aussi suite au mandat d’arrêt lancé contre lui, plusieurs proches de ce dernier sont dans le collimateur de la justice ivoirienne. Quinze personnalités membres du Groupement et peuples solidaires (GPS) de Soro sont incarcérés à la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA) sur ordre du procureur de la république Richard Adou. Parmi elles, on dénombre cinq députés dont l’immunité n’a pas encore été levée. Un maire et deux présidents de partis politiques.

Fofié Kouakou, est toujours à son poste au 2ème bataillon de la région militaire de Daloa.

Fofié Kouakou Daloa. Martin Fofié Kouakou
Martin Fofié Kouakou

Outre les interpellations, des perquisitions ont déjà eu lieu à des domiciles privées. Celles de Soro, aussi bien à Marcory Résidentiel (Abidjan), que dans son village ont été visitées. Celles aussi d’Affoussy Bamba (en exil) et d’Alain Lobognon. Ce dernier est en prison).

De fait, le 23 décembre, Fofié Kouakou, ex-redouté chef de guerre de Korhogo, faisait partie des officiers des ex-Forces nouvelles, reçus en audience privée par le Président Alassane Ouattara. Rien alors, n’avait filtré de cette rencontre à laquelle la Présidence n’avait pas jugé utile d’associer le chef d’Etat-major et le commandant supérieur de la gendarmerie, le Général Alexandre Apalo Touré.

De bonne source, d’autres anciens chefs de guerre devraient voir leurs résidences perquisitionnées. Toujours dans le cadre de la fameuse affaire Soro. Depuis la France où il organise « la résistance », Soro a dénoncé un harcèlement contre ses proches.

« Alassane Ouattara, président de la République a brisé tous les codes de l’élégance politique. Depuis Houphouët, il y a un gentleman agreement. On ne touche pas à la famille d’un adversaire politique. Alassane Ouattara a de ce fait, rompu cela en emprisonnant deux de mes frères qui se tenaient à l’écart des joutes politiques », a-t-il fustigé.

Moïse Yao K.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Yao Moïse K

Read Previous

Bédié ne lâche pas la pression sur Ouattara à propos de la gratuité de la CNI

Read Next

Côte d’Ivoire : « Le service de remorquage doit être un service d’assistance et non de répression »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *