Vagondo met fin aux rumeurs et évite un conflit communautaire à Daoukro, le calme revenu

Il n’y aura pas de conflit communautaire à Daoukro. Tout est parti de fausses rumeurs suite à une bagarre sanglante entre jeunes des communautés entre des jeunes Malinké et Baoulé. La tension entre les deux communautés est montée d’un cran. La police qui est vite montée au créneau, sur instruction du ministre de la Sécurité, le Général Vagondo Diomandé, a vite circonscrit les tensions.

Très vite, le Général Vagondo Diomandé lui-même est monté au créneau. En vue de mettre fin aux rumeurs sur un éventuel décès. « Au cours d’un mariage à Daoukro, une bagarre généralisée entre jeunes de différentes communautés a éclaté. Le bilan humain de cet incident fait état de deux blessés par arme blanche. Ces derniers ont été transférés au CHU de Bouaké. L’ un d’eux ayant déjà subi son opération, le second le sera incessamment. À l’heure actuelle, aucune perte en vie humaine n’est à déplorer », a-t-il annoncé, dans une note d’information.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Vagondo sort de son silence et reste toujours muet sur le meurtre d’un militant du PDCI à Djebonoua

« La médiation des leaders communautaires et des autorités locales a permis de ramener le calme. Des mesures sont prises par les forces de l’ordre. C’est le lieu de rappeler que toute information fausse tendant à diffuser la mort d’un homme sera considérée comme une volonté d’attiser la haine entre les Ivoiriens et sera passible de poursuites judiciaires. Nous invitons les populations au calme et au dialogue sous la houlette des leaders locaux », a insisté le nouveau ministre de la Sécurité.

Cette sortie combinée à l’action sur le terrain, des policiers et des leaders locaux, a mis un terme aux affrontements qui se dessinaient. En effet, des jeunes avaient érigé des barricades dans leurs quartiers respectifs.

conflit communautaire à Daoukro
conflit communautaire à Daoukro

Selon Barnabé Kanga, président des jeunes du quartier Baoulékro à Daoukro, tout a commencé par une agression de deux jeunes d’ethnie baoulé par des inconnus. «Dans la nuit du samedi 7 au dimanche 8 décembre 2019, deux jeunes baoulé ont été agressés par des inconnus lors d’une soirée festive au quartier Baoulékro. Certaines langues ont annoncé, sans vérifier, le décès de ces derniers. Il n’en est rien, les deux jeunes victimes sont présentement au Centre hospitalier universitaire(CHU) de Bouaké pour des soins médicaux», explique-t-il a Iffou.net.

Il n’y a aucun décès

Barnabé Kanga a alors appelé au calme. Avant d’ajouter : «Il n’y a pas d’affrontements entre nos deux communautés sœurs Baoulé et Dioula». Une source au CHU de Bouaké confirme les propos de Barnabé Kanga. «Nous avons reçu au CHU de Bouaké hier nuit deux blessés à l’arme blanche en provenance de Daoukro. L’un a déjà été opéré et l’autre le sera incessamment. Il semble que la rumeur a annoncé leur décès à Daoukro avec risque de dégénérescence en conflit interethnique. Il n’y a aucun décès et il sont bien pris en charge».

Pour rappel, Daoukro est le village natal d’Henri Konan Bédié président du PDCI-RDA, cette rumeur intervient alors que ce dernier et Alassane Ouattara président du RHDP sont dans des divergences politiques. Et, surtout au lendemain de deux cérémonies d’hommages en la mémoire de Félix Houphouët-Boigny. Les deux hommes se réclamant des idéaux politiques et sociales du premier président de la Côte d’Ivoire moderne. Ce qui n’était pas le cas quelques années avant.

Roxane Ouattara

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roxane Ouattara

Read Previous

A Yopougon, Georges Armand Ouégnin apporte son soutien à Gbagbo sans écarter Simone

Read Next

Le PDCI bat le RHDP sur le terrain de la mobilisation à Yamoussoukro : La preuve par 10 photos inédites

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *