Côte d’Ivoire : Un président et un gouvernement qui ne sont responsables de rien, c’est toujours la faute aux populations (Acte 2)

Dans son communiqué du 25 juin 2020, le Conseil National de Sécurité expliquait »…La hausse enregistrée depuis le début du mois de juin 2020… » par « …la non-application des mesures barrières par les populations… ». Une fois de plus, comme dans le cas des inondations où elles sont invitées à quitter les zones à risque d’inondations, la responsabilité des population est indexée par les autorités gouvernementales incapables d’apporter les réponses idoines aux défis auxquels elles doivent faire face.

Il y a lieu de noter le recours systématique de ces autorités à la stratégie de culpabilisation des populations pour justifier leur inhumanité, leur incompétence, leur incapacité et leur incurie. Un gamin trouve la mort après avoir embarqué clandestinement sur un vol, ce n’est pas la faute des services de sécurité de l’aéroport, c’est celle des habitants du quartier précaire d’Adjouffou, jouxtant l’aéroport où ne résidait pourtant pas la victime. On les déguerpit séance tenante, sans autre forme de procès, et sans les recaser sur un autre site pendant qu’aucun responsable de l’aéroport Félix Houphouët Boigny n’est inquiété.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : 10 photos inédites des pompiers luttant contre les inondations à Abidjan

Seize personnes trouvent la mort à Anyama, en plus de 05 disparues et de 733 sinistrées, suite à un déplacement de terrain et accompagné de coulées de boue, c’est encore la faute aux victimes qui auraient dans une zone prétendument à risque. il résulte pourtant clairement des témoignages recueillis que c’est le défaut d’entretien du réseau ferroviaire qui est à l’origine de ce drame. En effet, le Groupe Bolloré, le concessionnaire, à qui il revient la responsabilité de l’entretien, n’a pas désobstruer le passage d’eau bouché par des ordures, situé sous les rails.

Aucune enquête ne sera ordonné pour faire la lumière et établir les responsabilités par rapport à cet événement. A Abidjan, l’urbanisation sauvage et le défaut de dispositifs efficaces d’évacuation des eaux pluviales provoquent des inondations à la suite de pluies diluviennes, c’est toujours la faute aux populations qui se sont installées dans des zones à risque d’inondations alors que lorsqu’elles acquéraient leurs bien immobiliers, et même pendant plus de 10 ans après, ce risque n’existait pas.

Cocody sous les eaux

Elles sont invitées sans mesure de dédommagement à quitter les lieux. Le hic, c’est que si on interprète bien le discours du Gouvernement, ce sont par exemple, tous les habitants du quartier huppé de Cocody qui devraient faire leurs bagages. Il ne faut pas donc pas s’étonner de ce que devant l’accroissement vertigineux récent des cas de contamination au Covid-19, les coupables identifiés par ce Gouvernement irresponsable soient encore les populations. Pour le Président de la République et son Gouvernement inutilement pléthorique, c’est certainement à chaque citoyen de faire la police derrière les autres pour qu’ils respectent le ports du masque et la distanciation sociale.

Le hic, c’est que si on interprète bien le discours du Gouvernement, ce sont par exemple, tous les habitants du quartier huppé de Cocody qui devraient faire leurs bagages

C’est également à chaque citoyen de veiller au respect de ces règles dans les espaces publics. C’est à lui de garantir la disponibilité des masques et des gels dans services publics, les écoles et les espaces publics. C’est à chaque citoyen de procéder aux contrôles dans les entreprises privées des mesures barrières. C’est au citoyen de veiller à ce que les boîtes de nuit, bars et autres lieux de loisirs qui n’on perçus aucune aide de la part de l’Etat respecte la mesure de fermeture. Il appartient certainement aux citoyens de garantir que les différentes aides sociales parviennent réellement à ceux qui en besoin pour qu’ils puisses respecter les mesures barrières.

C’est à eux de veiller à la fermeture des frontières. En un mot c’est aux populations d’assumer à la place de leurs gouvernants, les responsabilités qui sont les leurs. Pour les punir de ne pas l’avoir fait, elles sont menacées de voir réinstaurer, la mesure la plus inutile dans le cadre de la lutte contre la pandémie et qui offre l’occasion aux forces de l’ordre de les humilier et de les torturer sans courir le risque d’être sanctionnés : le couvre-feu.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Après les inondations mortelles d’Abidjan, le gouvernement doit quelques explications aux Ivoiriens

Comment après avoir reçu et détourné les milliards de dollars d’aides et de prêts sous les yeux de tous, ces dirigeants ont, non seulement la malhonnêteté de ne pas assumer en grande partie la responsabilité de l’accroissement galopant du nombre de cas de contamination, mais qu’en plus elles ont l’audace de l’imputer cyniquement aux victimes . Devant l’impossibilité à prendre en charge collectivement la direction des affaires de l’Etat, il y a là, dans cette provocation, une véritable invitation à remplacer sans délai, ces gouvernants défaillants et irresponsables par des personnes plus conscientes de leurs obligations envers le peuple.

le principe de la République qui est le Gouvernement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

En effet malgré le serment du Président de la République de remplir consciencieusement les devoirs de sa charge dans l’intérêt supérieur de la Nation, et de respecter le principe de la République qui est le Gouvernement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple, force est de reconnaître qu’il est très loin de tenir à sa parole, Il est temps, plus que temps de lui appliquer la sanction prévue par la Constitution dans son serment, c’est-à-dire que le Peuple lui ôte sa confiance en prenant ses responsabilités, vu qu’il s’est organisé malicieusement pour y échapper en installant pas la Haute Cour de Justice.

Grah Ange Olivier

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Précédent

Côte d’Ivoire : Qui était vraiment Lance Touré, le célèbre acteur de « SIDA dans la cité », mort à 65 ans

Suivant

Côte d’Ivoire : Eric-Casimir Akaffou invite le Canton Tchoyasso à s’approprier l’opération d’dentification et de révision électorale

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *