Côte d’Ivoire : « Un Président et un gouvernement qui ne sont responsables de rien, c’est toujours la faute aux populations »

Nous avons assisté en ce jour à des pluies exceptionnelles ayant occasionné une catastrophe que nous éviterons cependant de qualifier de naturelle car les inondations dont elles ont été l’occasion résultent de défaillances humaines. Celles d’un Chef de l’Etat et d’un Gouvernement irresponsables, incapables d’assurer aux populations un dispositif d’évacuation des eaux pluviales leur garantissant la sécurité des personnes et des biens pendant la saison des pluies.

Même si on a eu affaire à un violent orage, ce n’était pas un ouragan et il n’a pas causé de crues de cours d’eau à l’origine des inondations. Quelle que que soit l’intensité de la pluie, tant qu’il ne produit que des ruissellements d’eau, un Etat organisé doit doter ses villes de systèmes performant d’évacuation de ses eaux que seuls des évènements violents et imprévisibles comme les cyclones ou les crues soient capables de mettre à mal. Les eaux de pluie quelle que soit leur force ne doivent jamais constituer un problème insoluble car les intempéries font partie du cours normal de la vie.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Les inondations à Abidjan font mentir Fraternité Matin deux semaines plus tard

La semaine dernière il y a eu des inondations à Ajaccio suite à des pluies torrentielles. Face à cette situation, exceptionnelle au demeurant puisque c’était la première fois que cela se produisait, les autorités locales et étatiques ne se sont pas réfugiés derrière l’abondance anormale des pluies pour justifier ce qui s’est passé, mais ont plutôt interrogé leur propre responsabilité, en se posant les vraies questions, celles de savoir pourquoi les évacuations des eaux pluviales n’ont pas fonctionnées et se sont promis de faire la lumière sur leur efficacité afin de trouver une solutions à leur défaillance.

« Le Gouvernement a décidé une fois de plus, de fermer les yeux sur les véritables causes du drame qui a causé plus de 16 morts et 5 disparus, comme, il ferme les yeux sur ses propres responsabilités en imputant la faute aux populations« 

En Côte d’Ivoire, malgré les grandes déclarations dans la presse, les autorités vivent les inondations provoquées par le ruissellement des eaux de pluie comme des fatalités face auxquelles elles ne sont pas en mesure d’apporter des réponses. On le constate, semaine après semaine, mois après mois, année après année, avec la répétition du même scénario dramatique : les maisons et les rues de la capitale envahies par les eaux, des murs qui s’affaissent sur des individus, d’autres qui sont emportés en même temps que des véhicules par les flots dévastateurs.

Pour marquer leur impuissance, ces autorités ont identifiés des zones qu’elles considèrent à risque d’inondations en demandant aux populations d’être prudentes

Pendant que, dans des pays qui se respectent, l’alerte n’est donné qu’en cas d’événement exceptionnel comme des Cyclones, des typhons ou des risques de grosses crues, dans notre pays, Gouvernement donnent l’alerte pour des pluies d’intensité moyenne parce que chaque fois qu’il pleut, c’est-à-dire pratiquement tous les 04 à 05 jours pendant la saison sèche et tous les jours pendant la saisie de pluie, des habitants de la ville d’Abidjan sont en danger de mort. Un événement qui aurait dû être banal, devient systématiquement cause d’inquiètudes. Pour marquer leur impuissance, ces autorités ont identifiés des zones qu’elles considèrent à risque d’inondations en demandant aux populations d’être prudentes.

Quand on sait que ces endroits ne sont pas fréquentés uniquement par des personnes de passage mais qu’ils sont habités, il y a lieu de s’interroger sur le sens à donner à la phrase  » soyons prudents ». Quelles sont les précautions à prendre par les habitants des lieux ? Le Gouvernement nous donne une réponse en invitant les personnes habitant les zones à risque d’inondation à les quitter. Lorsqu’on interprète un tel communiqué, sans parler des autres communes, pratiquement tous les habitants de Cocody sont invités à déménager, vu que l’on ne dénombre pas moins de 29 sites recouvrant pratiquement tout le territoire communal.

A la suite de la catastrophe d’Anyama dont pourtant les témoins pointent du doigt la responsabilité du Groupe Bolloré qui, en ne respectant son obligation d’entretien du réseau ferroviaire dont il a la concession, en ne désobstruant pas le passage d’eau situé sur les rails, est à l’origine du drame. Le Gouvernement a décidé une fois de plus, une fois trop, de fermer les yeux sur les véritables causes du drame qui a causé plus de 16 morts et 5 disparus, comme, il ferme les yeux sur ses propres responsabilités en imputant la faute aux populations, qui à force d’entendre ce discours a fini par culpabiliser les victimes, surtout lorsque celles-ci résident à cause de la pauvreté, dans des quartiers précaires.

« Quelle que que soit l’intensité de la pluie, tant qu’il ne produit que des ruissellements d’eau, un Etat organisé doit doter ses villes de systèmes performant d’évacuation de ses eaux que seuls des évènements violents et imprévisibles comme les cyclones ou les crues soient capables de mettre à mal »

En vérité, on assiste à une substitution de responsabilité, car en cas de catastrophe comme on le constate le Gouvernement ne se gène pour pointer la prétendue imprudence des populations alors qu’en réalité, ces zones ne sont à risque que parce qu’il n’existe aucune disposition pour assurer une évacuation efficace des eaux pluviales, ce qui relève de la responsabilité de l’Etat. Si par malheur les zones inondées sont des quartiers précaires, on trouve là le prétexte, pour déguerpir ces populations vulnérables sans autre forme de procès, sans les recaser sur un autre site, malgré la saisie des pluies. On assiste également à une campagne menée sur les réseaux visant à démontrer qu’Abidjan n’est pas la seule ville sujette à des inondation car des villes européennes ou américaines connaissent de tels sinistres.

Un Président et un gouvernement qui ne sont responsable de rien, c’est toujours la faute aux populations

Ce qu’elle oublie de souligner de mauvaise c’est que 90% des cas concernent des villes dans lesquelles les précipitations ont occasionné des crues alors qu’à Abidjan ce n’est pas ce qu’il nous est donné de voir. Il est temps pour le Président de la République et son Gouvernement d’assumer les conséquences de leur incurie. Les zones dites à risque d’inondation, ne l’étaient pas initialement, les populations y vivaient en sécurité, elles le sont devenues par leur défaillance, leur incapacité à gérer l’évacuation des eaux de pluie dans la ville d’Abidjan.

A lire aussi : Inondations à Abidjan : « J’accuse l’Etat de Côte d’Ivoire, le gouvernement et ses structures chargées de l’assainissement »

Comme nous l’avons souligné plus haut, à voir le nombre de zones à risque d’inondations situé à Cocody, on peut affirmer que ce quartier pourtant l’un des plus cossus de la ville d’Abidjan, n’est plus habitable en application des recommandations gouvernementales. Il est temps pour eux d’assumer leur responsabilité en apportant des réponses satisfaisantes à une situation qui empire chaque année, en se posant, comme les autorités françaises à Ajaccio, les questions qui méritent de l’être pour face à ce défi, au lieu de vouloir imputer malicieusement la faute aux populations.

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Il est également temps pour ces dernières de se réveiller pour revendiquer de leurs autorités, qu’elles leur garantissent la jouissance paisible et sécurisée de leurs logements ou de leurs propriétés immobilières. L’irresponsabilité a assez duré. Il ne pleut pas moins aux Plateaux et à Yopougon qu’à Adjamé ou à Cocody, Il ne pleut pas moins à Londres qu’à Abidjan, pourquoi à votre avis messieurs le Président et les membres du Gouvernement, on n’y rencontre pratiquement pas de problème d’inondations suite à des pluies ? Nous venons de donner la réponse à cette question.

Grah Ange Olivier

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Read Previous

Côte d’Ivoire :  » Avant 2 semaines, je vais faire 2 forages au nom de Gon Coulibaly » (Adjoumani à Sorobango)

Read Next

Amadou Soumahoro victime d’une crise à Korhogo sur le point d’être évacué en France ? Voici la vérité dite par son cabinet

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *