Côte d’Ivoire : Un mort dans des affrontements entre ‘’gnambros’’ à Koumassi

C’est l’insécurité au grand carrefour de Koumassi dans la commune d’Ibrahim Bacongo Cissé. Le lundi 10 juin 2019, en pleine journée, une bande armée de ‘’gnambros’’ a encore sévi. De violents affrontements ont éclaté entre les acteurs du monde du transport au grand carrefour de cette commune pour une question du contrôle des gares faisant plusieurs victimes dont un mort.

On croyait le phénomène éradiqué. Que non ! Cette ‘’branche armée’’ appelée ‘’gnambros’’, armées de machettes et de couteaux continuent de sévir, en toute impunité, dans la commune d’Ibrahim Bacongo Cissé. Le lundi 10 juin 2019 au grand carrefour, des scènes d’une violence insoutenable se sont produites entre différents acteurs du monde du transport de la Commune.

Plusieurs blessés graves ont été enregistrés, et malheureusement l’on compte le décès d’un jeune homme de 16 ans parmi les victimes. L’attaque qui a commencé dans l’après-midi a duré plus d’une heure et a enregistré des blessés graves. Elle a finalement été dispersée grâce à l’intervention musclée de la Police. Le préfet d’Abidjan Vincent Toh Bi, qui s’est rendu sur les lieux des affrontements le mardi 11 juin 2019 pour faire l’état des lieux a tenu à faire cette mise en garde sur sa page officielle :

A lire aussi : Côte d’Ivoire : L’impunité et l’orpaillage clandestin ont encore tué et brûlé à Kokumbo

« Les affrontements de ce genre sont récurrents et ont atteint une dimension de violence particulière ces dernières semaines. Nous mettons en garde tous ceux qui participent à de telles violences, acteurs ou complices. L’activisme de groupes isolés violents ou criminels au sein d’une communauté aussi importante et stratégique que la communauté du transport sera combattu. Les forces de l’ordre ont mission de veiller au bon déroulement de la vie sociale et des activités économiques ».

Notons que le grand carrefour de Koumassi est souvent l’objet de scènes de violence. En effet, le lundi 3 juin 2019, des affrontements entre des enfants en conflit avec la loi communément appelés ‘’microbes’’ et des ‘’gnambros’’ avaient semé la panique au sein des usagers des lieux. Notamment ce grand public, qui affluait à ce point d’entrée principale dans la commune de Koumassi.

Karina Fofana

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prince Beganssou

Read Previous

Adjoumani assène : « Ne faites pas comme ces politiques qui ont pratiqué la politique ivoiritaire »

Read Next

Burkina Faso : 800 déplacés à Ouagadougou, suite à l’attaque d’Arbinda

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *