Un grand marché à Bouaké, 21 ans après l’incendie jamais élucidé du marché central

La pose de la première pierre du grand marché de Bouaké s’est tenue le dimanche 22 décembre 2019. C’était à l’occasion de la visite d’État d’Emmanuel Macron, président de la République française.

 »9 hectares couverts, 5 blocs commerciaux, 8000 places dont 5000 boutiques et 3000 tables et carreaux, 4 kilomètres de voirie aménagée dans la zone commerciale, 3 gares de mini cars » tels sont les caractéristiques du grand marché de Bouaké.

A lire aussi : Emmanuel Macron envoie un message à Bédié, Gbagbo et Ouattara : « Il faut croire en la jeunesse africaine »

De fait, le marché sera destiné en priorité aux commerçants présentement installés sur les sites précaires de la zone commerciale. Notamment ceux des marchés Indigo, Kennedy, boucherie et Vox, bramakoté. Donc, les autres commerçants seront recasés en fonction des places disponibles.

Ce projet est financé à hauteur de 90 millions d’euros. Un prêt de l’Agence française de développement (AFD) à la République de Côte d’Ivoire. En effet, les négociations avec l’AFD ont débuté en mars 2014. Le démarrage des travaux d’infrastructures avec le groupe Colas Project-Colas Afrique se sont effectués en novembre 2019.

La livraison des trois premiers blocs du marché se fera en juillet 2021. Et la livraison des deux derniers en mai 2022. Bouaké est la deuxième ville de la Côte d’Ivoire avec une population estimée à 800 000 habitants. Bouaké est un carrefour déterminant. Elle est sur le corridor routier et la voie ferrée. La ville relie les capitales de la sous-région Nord au port d’Abidjan.

Le déclin des grandes industries de Bouaké, l’incendie du marché central en 1998 et la crise militaro-politique sont entre autres des étapes qui ont freiné le développement économique de la ville de Bouaké.

Roxane Ouattara envoyée spéciale

  •  
    51
    Partages
  • 51
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roxane Ouattara

Précédent

Kemi Seba expulsé du Burkina Faso : Voici ses propos virulents contre Kaboré

Suivant

Changement du CFA en ECO : « C’est de la cosmétique » (Kemi Seba)

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *