Côte d’Ivoire : Les travailleurs du CNRA en grève pour deux mois d’arriérés de salaire

Le mercredi 22 juillet 2020, les travailleurs du Centre national de recherche agronomique (CNRA) ont organisé une conférence de presse pour révéler deux mois d’arriérés de salaire.  »Président ADO au secours, les chercheurs et le personnel administratif sont dans la misère »’ ou encore, Le CNRA se meurt. Etat de Côte d’Ivoire au secours. N’abandonons pas la recherche agronomique », pouvait-on lire sur les pancartes des grévistes.

Pour Edmond Koffi, porte-parole du collectif des syndicats du CNRA, c’est plusieurs problèmes qui minent le secteur de la recherche agronomique en Côte d’Ivoire. «Suite aux promesses à nous faites ( 30 juin et 8 juillet 2020), et devant le constat du non-paiement du salaire du mois de juin au travailleurs du CNRA à ce jour. Bien au-delà de la date conventionnée qui est le 8 juillet 2020 ainsi que le non-paiement des primes de recherche du quatrième trimestre 2019, du premier trimestre 2020 et du deuxième trimestre 2020, soit trois mois d’arriérés, les travailleurs du CNRA décident d’un arrêt de travail de trois jours à compter de ce jour», a expliqué Edmond Koffi.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Des bandits lourdement armés profitent du couvre-feu et attaquent le CNRA

A l’en croire, c’est le paiement intégral des salaires du mois de juin et juillet 2020 aux travailleurs et le paiement en totalité des trois mois de primes de recherche à l’ensemble des chercheurs. «Les travailleurs du CNRA exigent la satisfaction entière et totale de ces réclamations avant toute suspension du mot d’ordre de grève», a signifié le porte-parole.

Les travailleurs du CNRA en grève pour deux mois d’arriérés de salaire

Edmond Koffi porte-parole du collectif des syndicats du CNRA
Edmond Koffi porte-parole du collectif des syndicats du CNRA

Selon lui, cela fait plus de deux ans qu’aucune action concrète n’a encore été menée allant dans le sens du statut juridique du CNRA annoncé en Conseil des ministres. Le communiqué donnait a au CNRA, le statut de société anonyme à participation financière publique. Il assurait un service public de recherche avec une gestion de type privé. Ajouté à cela, la politique de recrutement du personnel scientifique et la revalorisation des chercheurs, la sécurisation du patrimoine foncier et l’assainissement de la situation financière ainsi que le plan de relance durable de la structure.

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Poursuivant, Edmond Koffi a signifié que malgré les conditions difficiles de travail, les chercheurs ivoiriens affiliés au CNRA arrivent à damer le pion à leurs confrères lors des recherches agronomiques au plan sous-régional. «Nous avons de la valeur. Et, elle n’est pas à négliger et à mépriser». Le CNRA est le fruit de la fusion en 1998 de plusieurs entreprises spécialisées dans la recherche agronomique. Elle est chargée de mettre en œuvre la politique nationale parmi les plus performantes innovantes et performantes du continent. Le CNRA regroupe plusieurs stations sur le territoire ivoirien, Abidjan, Bouaké, Korhogo, Man et Gagnoa.

Roxane Ouattara

  •  
    26
    Partages
  • 26
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Roxane Ouattara

Read Previous

Doumbia Major continue de justifier la rébellion de Soro contre Gbagbo : « Il faut combattre les forces du mal avec les armes »

Read Next

Côte d’Ivoire : « La Constitution de 2016 n’autorise pas Ouattara à être candidat »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *