Côte d’Ivoire : Tout sur le fake de Philippe Légré pour détourner l’attention des Ivoiriens sur des Italiens ?

L’affaire des 18 Italiens prétendument clandestins qui suivraient « la trace du coronavirus » jusqu’à Sassandra, serait-elle un gros fake news du secrétaire d’Etat Philippe Légré ? L’Union européenne dément catégoriquement et les médias proches du RHDP sont curieusement muets.

« Chers frères, chères sœurs, chers collaborateurs, en venant ici, les agents des affaires maritimes de Sassandra ont dans leur patrouille découvert dix-huit (18) Italiens et d’autres nationalités, qui ont transité par le Maroc, l’Espagne, l’Italie. On dirait même qu’ils suivaient la trace du coronavirus et ils sont arrivés à Sassandra (…) au bord de la mer, ils ont fait un camp », avait déclaré, le jeudi 26 mars 2020, Philippe Légré, par ailleurs président du conseil régional (RHDP) du Gböklê.

A lire aussi. Côte d’Ivoire : Qui a laissé entrer 18 Italiens à risque du coronavirus alors que les frontières sont fermées ?

« Nous les avons été donc saisis. La police des affaires maritimes est donc allée les chasser de là-bas. Ils sont en route pour Abidjan. Nous venons de saisir le ministre de la Santé, le ministre de la Sécurité pour qu’à leur niveau, ils s’apprêtent à les recevoir et puis les mettre en quarantaine. Parce que qui part de l’Italie, de l’Espagne, du Maroc, de l’Algérie, c’est le chemin du coronavirus qu’ils ont parcouru pour arriver ici », a-t-il poursuivi.

Philippe Légré fake Italiens
Italiens arrêtés à Sassandra une

Alors que l’on s’attendait à ce que cette information majeure soit diffusée à la RTI, ça été plutôt le black-out. Au demeurant, ni les journaux publics, ni ceux proches du RHDP n’en ont fait cas à leurs « unes », le lendemain. Pire, certains journalistes qui ont couvert l’événement aux Deux-Plateaux déclarent avoir reçu des pressions pour qu’il y ait black-out.

Philippe Légré et le fake des Italiens ?

Mais le démenti le plus cinglant est venu de l’ambassadeur de l’Union européenne (UE) en Côte d’Ivoire. « Il y a plusieurs semaines qu’ils sont arrivés en toute tranquillité avant les mesures de confinement. Le ministre de l’Intérieur, Sidiki Diakité, connaît parfaitement le dossier. On est en train d’organiser, avec le ministère de l’Intérieur, leur arrivée sur Abidjan », a rétorqué l’ambassadeur Jobst Von Kirchman, cité par Abidjan.net.

Selon certains observateurs, Phillipe Légré a tenté le coup du repli patriotique, pour détourner l’attention des Ivoiriens sur les erreurs fréquentes du gouvernement d’Amadou Gon Coulibaly, dans sa gestion de la crise du coronavirus. Seulement voilà, l’affaire intervient au lendeamin de la condamnation à de lourdes peines financières (5 millions FCFA) de deux journalistes pour « diffusion de fausses nouvelles ». Et la Côte d’Ivoire punit par ailleurs, l’incitation à la xénophobie.

Joint au téléphone, Philippe Légré a déclaré qu’il ne s’agissait pas seulement de 18 Italiens, mais d’autres nationalités, dont des Allemands, Britanniques et Brésiliens. « J’ai dit cela dans le seul but de protéger nos parents. Ces individus étaient à la plage et tombent sur le coup des mesures prises par le Conseil national de sécurité ».

Une version démentie par les concernés interrogés dans une vidéo. Ceux-ci clament être des jeunes touristes partis depuis plusieurs semaines d’Italie, et qui seraient en excursion, en caravane. Ils logent dans leurs camping cars et sont rentrés avec des visas ivoiriens, par la route. La crise du coronavirus les aurait malheureusement trouvé, au cours de leur excursion.

Elvire Ahonon

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elvire Ahonon

Read Previous

Recrutement de 700 jeunes contre le coronavirus en Côte d’Ivoire : Encore un moyen pour favoriser le RHDP ?

Read Next

Guinée Coronavirus : Alpha Condé décrète l’état d’urgence après des élections chaotiques

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *