Côte d’Ivoire : « Si nous ne faisons pas nous-mêmes la promotion de nos produits locaux, les autres le feront à notre place »

Faso Attiéké

J’étais au Sara, le vendredi 22 novembre 2019 à la remise des Prix Castel. Et je suis sans doute la première personne à avoir fait un post pour dire « Une Burkinabé remporte le prix Pierre Castel avec son entreprise Faso Attiéké », qui produit et commercialise de l’attiéké ». Depuis, je vois sur la toile des débats où on accuse le Burkina Faso d’avoir « volé » et labellisé notre attiéké national… Je pense que c’est vraiment un faux débat. Affaire labellisation attiéké.

La dame, Mme Florence Bassono-Kaboré, s’est rendue compte que ce mets était beaucoup prisé au Burkina Faso et aussi ailleurs. Elle a donc travaillé dur pour le produire en grande quantité et le commercialiser sous étiquette. Elle n’a rien volé, elle n’a rien usurpé et elle n’a trahi personne. Puisque le manioc pousse aussi dans son pays. Je ne me suis pas encore penché sur le mode de production de ses produits, mais je ne suis pas sûr qu’elle fasse venir de l’attiéké déjà fabriqué d’Abidjan pour l’emballer et le vendre…

Prix Castel

Si elle a gagné le Prix Pierre Castel qui est destiné aux agriculteurs et exploitants agro-industriels, c’est qu’elle produit son attiéké à partir de manioc cultivé au Burkina Faso. Alors arrêtons de nous en prendre à la pauvre dame et à notre voisin le Burkina Faso.

A lire aussi : Faso Attiéké répond au ministre ivoirien de l’Industrie : « Notre nom est protégé à l’OAPI depuis 2011 »

Je vous l’ai dit, ce jour-là j’étais dans la salle lors de la remise des Prix Pierre Castel. Dont les lauréats cette année sont des femmes : une Burkinabè, une Camerounaise et une Ivoirienne. Dans la salle, il y’avait près de 5 à 6 ministres. Venus du Cap Vert, du Maroc, du Sénégal, du Benin, du Burkina Faso et 3 ministres ivoiriens. Mais vous savez quoi ? Toute la délégation burkinabè, ou du moins les officiels, c’est-à-dire le ministre de l’Agriculture et ses collaborateurs, étaient tous habillés en Faso Dan Fani, un pagne de chez eux.

« Demain quelqu’un d’ailleurs va prendre le pagne Baoulé, le pagne Wê, le pagne Gouro pour le commercialiser. On va encore venir ici pour crier au loup »

Affaire labellisation attiéké et produits locaux

Cela veut dire que la gagnante Burkinabè du Prix Castel avec sa société « Faso Attiéké » était accompagnée à ce rendez-vous par son ministre et des officiels habillés. En tenues traditionnelles du Burkina. Y a-t-il meilleur exemple de promotion des produits locaux que ça ? Pendant ce temps, nos trois ministres étaient sapés en costumes, à l’occidentale !

Affaire labellisation attiéké

Demain quelqu’un d’ailleurs va prendre le pagne Baoulé, le pagne Wê, le pagne Gouro pour le commercialiser. On va encore venir ici pour crier au loup ! Si nous ne faisons pas nous-mêmes la promotion de nos produits locaux, les autres le feront à notre place. Et gagneront des prix avec. Bravo Mme Florence Bassono Kaboré et bon vent à « Faso attiéké » !

Bléhiri Serge Alex

Faso Attiéké a-t-elle menti sur la labellisation de l’attiéké ? Comment Souleymane Diarrasouba a humilié Duncan

Actualité ivoirienne; ActualitéBurkinabé du jour; Politique Burkinabé; Actualité Africaine du jour; Actualité africaine, Affaire labélisation attiéké

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info