Côte d’Ivoire : Les producteurs de noix de cajou en colère

Réunis au sein du Groupement d’intérêt économique (GIE), les producteurs d’anacarde des 19 régions productrices ont exprimé leur mécontentement et dénoncé “certaines pratiques du Conseil du coton et de l’anacarde ainsi que des autres acteurs de la filière“.

C’était au cours d’un point-presse que les responsables du GIE des producteurs de cajou en Côte d’Ivoire (GIE-Procaci) ont animé, hier vendredi, à la Chambre d’agriculture au Plateau. « Les producteurs ne peuvent s’empêcher de crier leur mécontentement face à certaines pratiques du Conseil du coton et de l’anacarde et des autres acteurs de la filière » a martelé le vice-président dudit GIE, Dagou Crépin.

A lire aussi : Adjoumani aux planteurs d’anacarde du Djuablin : « Si vous vendez au Ghana, cela ne profite qu’aux Ghanéens »

Les producteurs d’anacarde ont exprimé leur mécontentement

Qui a également relevé que les prix bord-champ fixés chaque année depuis 2018 ne sont jamais respectés. Il a aussi fait remarquer que “depuis 2019, des fonds sont octroyés, avec l’appui du Conseil du coton, aux exportateurs réunis au sein du GIE-Procaci sans que les autres acteurs ne soient pris en compte“. Les producteurs ont arrêté des mesures face à ces faits qui représentent, pour eux, des dysfonctionnements dans la filière.

producteurs anacarde exprimé mécontentement. Adama Coulibaly, DG du Conseil coton-anacarde
Adama Coulibaly, DG du Conseil coton-anacarde

« Au vu de tous ces faits qui traduisent, en réalité, le non-respect des prix bord champ, et ayant pour conséquences l’appauvrissement grandissant des producteurs, la fuite du produit vers les pays voisins et la perte des recettes d’exportation à l’Etat, le GIE-Procaci va réaliser un audit de la filière couvrant les campagnes 2018, 2019 et 2020 ; la prise en compte des producteurs à travers le GIE-Procaci dans toutes les décisions concernant la filière, notamment la commercialisation et l’achèvement des structures de la réforme de la filière devant aboutir à la mise en place incessante de l’Organisation interprofessionnelle agricole (OIA)… » a annoncé le conférencier.

DJE K.M

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Read Previous

Coronavirus : Le FMI approuve un prêt de 535 milliards FCFA à la Côte d’Ivoire

Read Next

Côte d’Ivoire : « Si la crise du Covid-19 oblige à un report de la présidentielle, la solution serait politique » (Juriste)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *