Côte d’Ivoire : « Pour affaiblir Mabri, il se prépare un bicéphalisme à l’UDPCI »

Comme il fallait s’y attendre, l’UDPCI de Mabri Toikeusse est en passe de connaitre le sort du FPI, du PIT, du MFA, de l’UPCI, de Lider, et ce qui a failli arriver au PDCI-RDA. En effet, à l’instar tous les autres partis, l’entreprise de désintégration de l’UDPCI a commencé de la manière la plus hideuse. Et comme toujours, selon des sources bien introduites, le RHDP est à la manœuvre avec de grands moyens.

L’information qui, jusque-là, circulait sous les manteaux, devient une certitude. Il revient, de façon persistante, qu’une poignée de cadres de l’UDPCI, appuyés par les officines de propagande du RHDP, organiseraient, de leur propre chef, ce samedi 04 juillet 2020 à Yamoussoukro, une cérémonie au cours de laquelle le parti fondé par Robert Guéi « adhérerait » pleinement à une candidature autre que celle de son président, le Dr Albert Toikeusse Mabri, aux prochaines présidentielles.

A lire aussi : Une députée pro-Mabri casse les papo sur Sidiki Konaté : « Il ne fait que percevoir les indemnités de vice-président du Conseil régional sans participer aux activités »

La déclaration sera faite donc à Yamoussoukro, tout en revendiquant d’être les vrais hommes de l’UDPCI, et ils seront, de facto, reconnus par le régime en place, qui mettra à leur disposition des moyens pour « écraser » Mabri est ses partisans…De bonnes sources, l’empressement de ces cadres est le résultat des fortes pressions exercées sur eux par l’appareil décisionnel du RHDP ces dernières semaines. Sommés de clarifier leur position par une cérémonie spectaculaire d’allégeance, ces cadres, dans la précipitation, s’affairent à faire définitivement tomber leur masque.

Un ralliement de quelques cadres encore accrochés à leurs « tabourets » était prévisible depuis l’alerte de RFI en date du 16 Mai 2020

Albert Toikeusse Mabri à Zouan-Hounien le 13 juin 2020
Albert Toikeusse Mabri à Zouan-Hounien le 13 juin 2020

Plutôt préoccupés par la sauvegarde de leurs « tabourets’’ à divers échelons que par pure conviction militante, ces quelques cadres qui seront certainement brandis à la RTI comme des trophées politiques sont désormais dans une logique de défiance du code de conduite de leur parti. Toutefois, à entendre certains fidèles de Mabri, ces départs quasiment actés n’ébranlent point la grande famille de l’UDPCI qui reste, contre vents et marées, soudée dernière son président, Dr Albert Toikeusse Mabri.

« L’empressement de ces cadres est le résultat des fortes pressions exercées sur eux par l’appareil décisionnel du RHDP ces dernières semaines. Sommés de clarifier leur position par une cérémonie spectaculaire d’allégeance, ces cadres, dans la précipitation, s’affairent à faire définitivement tomber leur masque »

« D’ailleurs, un ralliement de quelques cadres encore accrochés à leurs « tabourets » était prévisible depuis l’alerte de RFI en date du 16 Mai 2020. Après que les observateurs avertis eurent tiré une analyse objective des faux-semblants de certains cadres qui se faisaient passer pour des médiateurs, le média français lève un coin du voile sur une stratégie aussi vieille que le monde… », déclare-t-on du côté de Mabri.

Alassane Ouattara applique sa tactique favorite, isoler un adversaire tout en menaçant son parti de scission

On se rappelle ce qui avait été dit  : « En faisant entrer Albert Flindé, le rival de Mabri au sein de l’UDPCI, Alassane Ouattara applique sa tactique favorite, isoler un adversaire tout en menaçant son parti de scission… L’UDPCI est en pleine crise de leadership. Mabri s’est d’ailleurs proclamé, la semaine dernière, porte-parole exclusif du parti pour préserver la cohésion interne. Ouattara fait également le pari que Mabri ne mobilise plus dans sa région de l’Ouest montagneux et que ses électeurs pourraient suivre les ministres Flindé et Tchagba. »

Alassane Ouattara et Albert Toikeusse Mabri
Alassane Ouattara et Albert Toikeusse Mabri

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Mabri chasse les pro-Ouattara de la direction de l’UPDCI

« L’enjeu serait aussi de lui couper les vivres ; il sera difficile pour Mabri de contrer son rival Flindé qui, lui, aura les moyens », commente le politologue Sylvain N’Guessan. Mais, du côté de Mabri, les partisans soutiennent mordicus que l’UDPCI possède des moyens internes pour résister à ces secousses passagères et ne saurait céder à l’opportunisme de certains de ses cadres.

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

« Les militants sont appelés à une vigilance extrême car l’UDPCI n’a jamais cessé de vivre en tant que formation politique. Ils sont invités à s’établir massivement les documents administratifs et à rester mobilisés derrière leur président, Dr Albert Toikeusse Mabri, pour les prochaines batailles électorales. », rappellent-ils.

E.P

Nouveau Réveil

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Read Previous

Côte d’Ivoire : « Il y a des soupçons de fraudes sur la liste électorale, voici pourquoi Soro réclame un audit international »

Read Next

Les graves dérapages tribalistes de Doumbia Major : « Les chansons de Yodé et Siro sont écrits par Blé Goudé et Angelo Kabila qui sont de leur camp ethnique »

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *