Côte d’Ivoire : « Les pluies diluviennes font des morts à Anyama et Abidjan, les Ivoiriens pleurent, le gouvernement en pré-campagne »

Une scène a dû attirer l’attention de nombreux téléspectateurs, jeudi, dans le journal télévisé de 20 heures. Il s’agit de la réunion du RHDP au terme de laquelle le directeur exécutif dudit parti donnait des consignes fermes aux coordonnateurs régionaux qui doivent rester sur le terrain jusqu’à la fin des opérations d’enrôlement sur la liste électorale.

Et ce, pendant que la Covid-19 sévit et que les pluies diluviennes font des victimes à chaque précipitation. Ce sont donc des populations livrées à elles-mêmes qui doivent patienter que les autorités reviennent de leur pré-campagne pour s’occuper de leurs détresses. « Je leur ai demandé de rester sur le terrain, chacun dans sa zone, jusqu’à la fin de l’enrôlement », a déclaré Adama Bictogo au micro de RTI 1. Qui rend systématiquement compte de toutes les petites réunions routinières du parti au pouvoir. Mais, étant moi-même un ancien de la presse d’Etat ou presse pro-gouvernementale, je n’en suis pas surpris.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : Après les inondations mortelles d’Abidjan, le gouvernement doit quelques explications aux Ivoiriens

Car il faut choisir entre jouer les troubadours ou rendre le tablier. Bref, là n’est pas le débat aujourd’hui. Jeudi au cours de cette réunion du Rhdp, parti réduit désormais au seul Rdr et quelques bribes du Pit, du Mfa et de l’Upci, les coordonnateurs présents étaient essentiellement des membres du gouvernement parmi lesquels le ministre Amédé Kouakou en charge des infrastructures et de l’entretien routier. Dans ce même JT de 20 heures du jeudi, l’on faisait état du bilan partiel des inondations causées par la forte pluie qui s’est abattue sur Abidjan ce même jour : 7 morts et de nombreux dégâts qui viennent s’ajouter à plus d’une quinzaine de morts en début de semaine à Anyama.

La tristement célèbre Rue ministre de la Riviera Palmeraie était en tête de dégradation alors que, suite aux mêmes sinistres d’il y a deux ans, c’est-à-dire dans la nuit du 18 au 19 juin 2018, et qui avaient fait plus d’une dizaine de morts, le gouvernement avait décidé de remédier à cette situation devenue récurrente dans un quartier de Cocody où résident de nombreux hauts cadres du pays. Nous sommes en juin 2020 mais les travaux sont encore dans leur phase initiale qui consiste à exécuter les gros œuvres.

Pluies torrentielles à Abidjan le jeudi 25 juin 2020
Pluies torrentielles à Abidjan le jeudi 25 juin 2020

« Nous sommes exaspérés par une telle lenteur »

Deux ans que cela dure sous les yeux et au grand étonnement des riverains qui ne font que parler de l’extrême lenteur de ce chantier quasiment abandonné par les autorités. Celles-ci préfèrent visiter les chantiers de l’intérieur du pays où une mission gouvernementale devient un motif de campagne politique en faveur du Rhdp. Toute chose qu’on ne peut oser en plein cœur d’Abidjan, de surcroît dans un quartier comme Cocody, où tout le monde a les yeux ouverts. Et où les populations ne sortiraient pas aussi nombreuses que dans le pays profond pour venir écouter les mêmes litanies démagogiques.

« Nous sommes exaspérés par une telle lenteur que nous ne comprenons pas. Qu’on nous l’explique ! », a crié Sérikpa André, Adjoint au maire de Koumassi et seul riverain toujours présent sur les lieux des sinistres dans ce quartier. Lorsque le petit marché de la Palmeraie avait brûlé, il y a quelques mois, il était, tôt le matin, sur le lieu pour constater les dégâts et apporter les premiers mots de compassion et de réconfort aux victimes. Un bel exemple de solidarité à saluer et à encourager.

Interrogé lors d’une émission télévisée sur cette lenteur des travaux de la Rue ministre, il y a bientôt deux ans, le ministre Amédé Kouakou avait fait remarquer que cela était dû à des travaux d’assainissement en amont pour éviter que l’eau de ruissellement, qui vient de la partie Nord de la Palmeraie, n’entrave la bonne exécution du chantier de la Rue ministre.

Les pluies diluviennes font des morts à Anyama et Abidjan, Les Ivoiriens pleurent, le gouvernement en pré-campagne

Si cette explication avait été prise au sérieux, force est de reconnaître que la trop grande lenteur des travaux conduit aujourd’hui plus d’un riverain ou observateur à s’interroger sur les réels mobiles de ce retard d’exécution. Manque de moyens ? Mauvaise volonté du gouvernement ? Représailles contre une population dont on douterait de la loyauté au régime ?

A lire aussi : Côte d’Ivoire : « En deux ans, on aurait dû terminer les travaux de la Riviera Palmeraie après les inondations de juillet 2018 »

Bref ! On se perd en conjectures et pendant ce temps, la pluie, elle, n’a que faire des larmes et autres lamentations d’une population laissée pour compte, abandonnée par les gouvernants qui, lorsqu’il s’agit de faire payer les impôts, restent inflexibles. Il a abondamment plu encore hier. A quelques mois de l’élection présidentielle, les Ivoiriens continuent de mieux connaître le vrai visage de ceux qui reviendront bientôt solliciter leurs suffrages à coups de promesses et autres baratins.

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Ceux qui oseront voter pour eux, savent le calvaire auquel ils exposeraient la Côte d’Ivoire les cinq prochaines années en plus de ce que nous vivons déjà depuis bientôt dix ans. Et cela, malgré les ponts et routes dont le bitume, que d’aucuns appellent « Yomo » avec beaucoup d’humour et d’ironie, fond à la première goutte de pluie comme neige au soleil. L’adage ne dit-il pas qu’« un homme averti en vaut deux » ?

ABEL DOUALY

  •  
    25
    Partages
  • 25
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Read Previous

Côte d’Ivoire : Vice-présidents et délégués PDCI font l’état des lieux de la révision de la liste électorale dans l’Agneby-Tiassa

Read Next

Coronavirus Côte d’Ivoire : Les riches peuvent voyager par avion à l’intérieur, les pauvres toujours interdits de voyage par car

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *