Côte d’Ivoire : « Les bénéficiaires de Bromacoté ont perçu leur indemnisation »

Dans le cadre de la construction du 4e pont de la ville d’Abidjan, les opérations de déguerpissement des populations vont reprendre le mercredi 8 juillet 2020 dans la commune d’Attecoubé, au quartier Bromacoté.

André Kacou, secrétaire général de la préfecture d’Abidjan, prévient qu’il n’y aura « pas de sursis », ni « de report », de cette opération. Apres la démolition du quartier précaire Boribana, dans la commune d’Attecoubé, le samedi 30 novembre 2019, dans le cadre de la construction du 4è pont, c’est au tour du quartier Bromacoté. La libération de l’emprise reprend finalement le mercredi 8 juillet. Les habitants de ce quartier sont sur emprise des travaux de ce pont qui va relier les communes de Yopougon et du Plateau en passant par Adjamé et Attecoubé.

A lire aussi : Bientôt une conférence inaugurale des routes et transports pour l’amélioration de la vie des populations africaines

Les riverains ont jusqu’au mardi 7 juillet à minuit pour libérer les lieux. Mais en moins de 48 heures du démarrage des travaux, certains habitants ont commencé à quitter les lieux (le lundi 6 juillet) au moment où d’autres ne se sentent pas concernés. D’ailleurs, ils demandent un sursis. Selon Ali Sangaré, vendeur de viande à Bromacoté, « nous sommes en train d’enlever le matériel qui est là et tous les équipements. Ils ont fixé la date du 8 juillet nous sommes obligés de plier bagage. Ça ne nous arrange pas mais nous n’avons pas le choix ». Tous ne sont pas dans cette même veine que Sangaré car certains veulent voir pour croire. Pour ce faire, ils sont encore bien installés.

Apres la démolition du quartier précaire Boribana, dans la commune d’Attecoubé, le samedi 30 novembre 2019, dans le cadre de la construction du 4è pont, c’est au tour du quartier Bromacoté

Ils ont pris l’argent, ils ont perçu leur dû d’indemnisation

Lors de sa visite de terrain le lundi 6 juillet, à 48 heure de l’expiration du dernier délai, André Kacou, représentant de Vincent Toh Bi Irié, préfet d’Abidjan a fait le constat douloureux. Interrogé, Mohamed Diallo, propriétaire de bâtiment, affirme, « on nous a parlé d’un bâtiment ou deux. Il y avait le 01 et le 02. Concernant l’autre partie, nous ne savions pas. Nous souhaitons que les autorités nous accorde un délai supplémentaire de 6 à 7 jours si possible ». Sans perte de temps, le secrétaire général de la préfecture d’Abidjan rejette du revers de la main cette doléance et s’oppose à tout autre report. « Il n’y a pas de sursis, il n’y aura pas de report non plus. L’opération aura bel et bien lieu le mercredi 8 juillet matin. Ils ont pris l’argent, ils ont perçu leur dû d’indemnisation.

Déguerpissement à Boribana

Ils ont été informés, ils ont reçu des mises en demeure. Le dernier message, est un appel aux personnes concernées de prendre toutes les dispositions pour libérer les lieux », a-t-il martelé. « Tous les propriétaires de bâtiments qui ont négocié ont été payés. C’est sur ce plan que nous allons réaliser l’opération du mercredi et les autres bâtiments seront pour la prochaine phase », a expliqué Aroura Diarra, Ingénieur du Projet de Transport Urbain d’Abidjan (PTUA).

Téléchargez gratuitement l’Application Afriksoir sur Playstore et ne ratez rien de l’actualité ivoirienne et africaine https://bit.ly/2W5gRFO

Notons que 21 grands bâtiments sont à démolir. En outre, 143 ménages sont concernés par cette opération de déguerpissement. Rappelons que pour construire ce pont, les populations logées sur le trajet ont été priées de quitter les lieux après indemnisation. Les propriétaires non-résidents et les locataires ont reçu des chèques et ordres de virement. Quant aux propriétaires résidents, ils ont été relogés temporairement aux frais de l’Etat en attendant la construction de leurs maisons.

Karina Fofana

4è pontAbidjanAli SangaréAndré KacouAroura DiarraAttécoubéBoribanaBromacotéPTUA
Commentaires (0)
Ajouter un commentaire