Côte d’Ivoire : Les autorités misent sur la dénonciation dans la lutte contre les médicaments contrefaits

Le véhicule qui transportait du manioc avait aussi chargé de faux médicaments à Port-Bouët

La lutte contre les médicaments contrefaits, de qualité inférieure et falsifiés, contribue à la surveillance de la qualité des médicaments essentiels, à améliorer la connaissance du profil de sécurité des antipaludiques et enfin assurer la traçabilité des antipaludiques. Tels sont entre autres les objectifs du projet MEDTIC, financé dans le cadre du canal projet de l’initiative 5% /expertise France à hauteur de 965 euros. Et dont la convention a été signée en 2017 dans les locaux de la Pharmacie de la santé publique, porteur du projet.

Le projet a été officiellement présenté le mardi 17 décembre dernier au cours d’une cérémonie à Marcory. Dans le cadre de la lutte contre les médicaments contrefaits et illicites, il a été aussi mis en œuvre deux applications mobiles pour l’assurance qualité des médicaments. Il s’agit de l’Authentimed, du Med Safety et du spectrophotomètre de Raman. Applications développées qui pourraient faire l’objet de mobilisation de ressources plus importante au travers des subventions du Fonds mondial.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : 15 enfants meurent à Kani faute d’une bonne alimentation

En effet, la faiblesse de la gouvernance et de la régulation du secteur pharmaceutique dans certains pays facilite la prolifération de marchés illicites alimentés par des médicaments de qualité inférieure et falsifiés. Souvent destinés aux maladies les plus répandues y compris le VIH/SIDA, la tuberculose ainsi que le paludisme. Ces produits font des dizaines de milliers de victimes à travers le monde. Et représentent un des principaux facteurs de résistance aux antimicrobiens.

Lutte contre les médicaments contrefaits

Le directeur général de la Santé, Dr Samba Mamadou. Au nom du ministre de la Santé, s’est de ce fait réjoui en ces termes : « Cet évènement témoigne de notre volonté de mettre à la disposition des populations ivoiriennes des médicaments de bonne qualité. Et de lutter efficacement contre les médicaments de qualité inférieure et falsifiée ». Selon lui, « la digitalisation des processus sanitaires reste indéniable dans la lutte contre les faux médicaments ». Aussi a-t-il salué la présentation des applications mobiles pour l’assurance qualité des médicaments et du projet MEDTIC.

Au nom de l’Agence française de développement, de Expertise France. Et aussi de l’Ambassade de France, Christophe Rochigneux, a insisté sur le fait que « Garder le droit à la santé implique le droit à l’utilisation de médicaments sûrs, efficaces, de qualité et abordable. Ce droit est un défi majeur inscrit dans les agendas de développement durable mondial en 2030. Et pour les aspirations d’une Afrique puissante et inclusive en 2063 ». Il a aussi réitéré l’engagement de l’AFD, de la France. Et de Expertise France aux côtés du gouvernement ivoirien dans son combat contre les médicaments de rue.

Lutte contre médicaments contrefaits. Aka Aouelé, ministre de la Santé et de l'Hygiène publique
Aka Aouelé, ministre de la Santé et de l’Hygiène publique

Par ailleurs, pour Dr Duncan de la Psp, tout comme Dr Bissouma, « ces nouvelles dispositions technologiques visent à assurer la qualité des médicaments. Et à contribuer à lutter contre le phénomène des médicaments de qualité inférieure. Elle a salué tous les acteurs qui ont contribué à la mise en œuvre des dits projets ». La Côte d’Ivoire devient le 7ème pays de la région à avoir cet arsenal technique.

JP

Un élève prend un comprimé contre la bilharziose et meurt à N’Douci : Les services d’Aka Aouélé minimisent l’incident
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info