Côte d’Ivoire : Le RHDP ou le seul parti au pouvoir qui voit des barons quitter le navire en plein pouvoir (opinion)

De coutume, dans nos États pauvres, un régime au pouvoir rallie à sa cause de nombreux courtisans et autres opportunistes de l’opposition. Ainsi, sous Gbagbo, de nombreux militants du PDCI, du RDR et d’autres partis politiques ont rejoint le candidat de LMP et ont activement soutenu le champion du FPI.

Les choses semblent être différentes sous Ouattara où les défections se suivent et se ressemblent, au point où le RHDP se réduit chaque jour un peu plus comme peau de chagrin. Anaki Kobenan, F. Wodie, Niamien Konan, Soro Guillaume, H. K. Bédié et j’en passe ont tous, un à un, pris la poudre d’escampette. Ces leaders politiques ou leurs partis politiques jurent tous de faire mordre la poussière au candidat du RHDP au soir du 31 octobre 2020.

A lire aussi : Côte d’Ivoire : « L’ennemi de Gbagbo c’est Gbagbo lui-même » (Jean Bonin)

Le RHDP, groupement hétéroclite de partis politiques, bâti autour d’une chimérique idée de rassemblement ne s’illustre pas dans les faits par sa capacité à rassembler. C’est un truisme que de dire qu’il ne fait plus rêver une grande majorité d’ivoiriens qui avait cru en sa capacité à apporter de « vrais solutions » aux problèmes qui les assaillent au quotidien (cherté de la vie, chômage, insécurité…). Au rêve de « solutions » à fait place celui des vaines résolutions et des problèmes insolubles.

Le paradoxe RHDP…

Même les militants de la case déchantent et ne savent plus à quels saints se vouer. Ils naviguent à vue. La case s’effrite. Elle s’est progressivement vidée de ses principaux alliés d’hier. Même certains de ses cadres les plus insoupçonnés tirent aujourd’hui leur révérence ; à l’image de Amon Tanoh Marcel dont il ne fait plus aucun doute qu’il ne sera pas le seul à plier bagage. Qui sera le prochain ?

Ce paradoxe RHDP est une situation rédhibitoire pour un parti qui rêve encore de conserver le pouvoir alors qu’il se montre incapable de consolider ses alliances et de garder ses alliés. Au paradoxe s’ajoute une équation à plusieurs inconnues : comment augmenter son électorat quand on perd chaque jour des alliés et qu’on ne fait plus rêver ses propres électeurs ? Il y a des signes de fin de règne qui ne trompent pas.

La fin est proche et inéluctable. Très proche. Malheureusement, lorsqu’on fait preuve de surdité et de cécité politique, ces évidents signes annonciateurs d’une fin de règne apparaissent au contraire aux militants du RHDP, forts en gueule, grands négationnistes et insulteurs devant l’éternel, comme une grande force politique. Tant mieux pour eux car l’espoir fait vivre et la chute n’en sera que plus brutale.

Jean Bonin Juriste Citoyen ivoirien

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Afrik Soir

Précédent

Côte d’Ivoire : La mort violente d’un apprenti-chauffeur à Bloléquin suscite des interrogations

Suivant

Côte d’Ivoire : Le RHDP rejette le communiqué de Mabri sur la candidature de Gon et prononce la dissolution de l’UDPCI

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *