Côte d’Ivoire : Le PDCI prie avec « 100 bougies » pour exorciser le « rituel du sang du RHDP » chez Bédié

Le PDCI lance l’opération « 100 bougies » suite au rituel du sang organisé dans les encablures de la résidence abidjanaise d’Henri Konan Bédié, le mardi 11 juin 2019 par un groupe de jeunes composés de loubards conduits par Awassa Abdoul, le PDCI-RDA a tenu à effacer les traces des ritualistes.

En effet, il organisé une cérémonie de purification devant le domicile d’Henri Konan Bédié le mercredi 12 juin 2019. Une opération ‘’100 bougies’’ chez l’ex-président Henri Konan Bédié a été organisé le mercredi 12 juin devant le domicile du président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

Cette cérémonie de prière fait suite au rituel de sang des jeunes conduit par Abdoul Awassa, un responsable du Mouvement national de soutien aux actions d’Hamed Bakayoko (MNSAHB). L’ancien militant de la FESCI était entouré à l’occasion de loubards et de plusieurs jeunes partis du Lycée de Cocody. L’appel lancé par Olivier Akoto, député de Daoukro / Ngattakro a été vite entendu par les militants du parti sexagénaire.

A lire aussi : Quand Adjoumani défendait l’Ivoirité : “Je ne pense pas que Bédié soit Ivoiritaire”

Car ils étaient venus de partout en cette soirée du 12 juin des bougies en main pour marquer leur solidarité vers le président du PDCI-RDA à travers une union de prière et de louange en vue d’effacer les traces des ritualistes. Se réclamant de la même région que le sphynx de Daoukro (région de l’Iffou), Abdoul Awassa avait crié son indignation contre les propos de Bédié tenus le 8 juin 2019 sur la présence d’étrangers dans l’orpaillage clandestin.

« Nous sommes ici, ce jour, devant la résidence du président Henri Konan Bédié. Nous, jeunes du Grand-Centre, nous jeunes de la Côte d’Ivoire, nous jeunes de la région du président Henri Konan Bédié, sommes venus ici, pour lui demander d’arrêter de sacrifier notre avenir. Depuis très longtemps, à cause de lui, le sang des ivoiriens est versé sur la terre du président Félix Houphouët-Boigny.

Nous sommes venus lui demander de ne pas nous tuer, d’arrêter d’être xénophobe, d’arrêter d’être tribaliste. Oui, nous sommes pour la paix », avait-il invité. Pour marquer son indignation, l’ancien militant de la FESCI avait versé du sang vif le long de la clôture de la résidence d’Henri Konan Bédié.

Karina Fofana

  •  
    597
    Partages
  • 597
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Prince Beganssou

Précédent

Titrologie des journaux burkinabè (Actualité du jeudi 12 juin 2019)

Suivant

Mise en garde de l’UDPCI contre un mouvement de soutien au RHDP : A quel jeu joue Mabri ?

Commentaires

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *