Côte d’Ivoire : Le PDCI de l’Est demande un autre sacrifice à Bédié

Henri Konan Bédié, président du PDCI

Les locaux de l’hôtel de ville d’Abengourou (salle, hall, cour) étaient noirs de monde à l’occasion de la rencontre entre les militants de la zone Est et le secrétaire exécutif en chef, Pr Maurice Kakou Guikahué. Sur 1500  militants attendus, ils étaient plus de 1176 à avoir effectué le déplacement des régions du Bounkani, du Gontougo, de l’Indénié-Djuablin et du Sud-Comoé.

Entouré de plusieurs personnalités dont Ezan Akélé, Kobenan Tah Thomas, Kouakou Dapa, Amadou Ouattara, Séri Bi Guessan, Adiko Roland, Adèle N’dioré, Sita Coulibaly, Isaac Aka, M’bengue Racine, coordonnateur du grand Est, Guikahué a félicité ses hôtes qui remportent la palme d’or parce que sur les 6 zones géographiques du PDCI-RDA, cette zone a réussi à mettre en place l’ensemble des secrétaires de sections. Avec cette performance, la zone Est a aussi pris, hier, d’importants engagements.

A lire aussi : Guikahué : « Le PDCI est heureux de n’avoir pas participé à cette mascarade de la CEI »

En effet, le président du comité d’organisation, le délégué d’Abengourou, Amoakon Banga, dans son propos de bienvenue, a indiqué que « le soleil se lève à l’Est, la victoire du PDCI-RDA en 2020 viendra de l’Est ». Pour lui, « le PDCI demeure la seule alternative crédible pour une alternance en 2020 ; il s’agit pour les militants de construire la nouvelle offre politique attrayante dans tous les domaines de la vie économique et sociale de notre pays. Nos militants sont disposés à engager le combat sur la base de la feuille de route tracée par le président du parti ».

Le porte-parole de la région du Bounkani (région de Bouna), M Palé Dimaté, a transmis un message au secrétaire exécutif du Pdci. « Le Bounkani voudrait vous charger d’une mission de haute portée politique auprès du président Henri Konan Bédié. Lui transmettre les félicitations du personnel politique du Bounkani pour l’acte de réconciliation posé entre lui et son jeune frère Laurent Gbagbo. Nous lui demandons de remettre complètement en cause cette gouvernance électorale qui ne peut pas satisfaire le Pdci-Rda depuis le recensement jusqu’aux élections. Nous sommes derrière pour le soutenir.

Le Bounkani lui demande un autre sacrifice, celui d’accepter d’être le grand guerrier, c’est-à-dire le candidat du Pdci en 2020 pour sauver la Côte d’Ivoire. 2020, c’est pour nous, nous gagnons », a-t-il dit. Pour le Gontougo (région de Bondoukou), Mme Honorine Yao Kouman a indiqué que « les militants du Gontougo marquent leur admiration et leur totale adhésion à toutes les actions entreprises par notre parti. Nous sommes disposés de jour comme de nuit sous la pluie ou le soleil, en étant riches ou appauvris,  bref, en toute circonstance à faire du PDCI-RDA, un parti qui gagne, un parti qui rassemble, un parti qui réalise les rêves des populations ivoiriennes. Nous sommes convaincus avec vous de la victoire du Pdci-Rda en octobre 2020.

Les militants du Gontougo vous chargent de dire au président Bédié que nous savons qu’il est une personnalité exceptionnelle pour le PDCI-RDA et pour toute la Côte d’Ivoire. Le président Henri Konan Bédié est un don de Dieu à la Côte d’Ivoire… Dites au président Bédié que 2020 arrive. Nous lui faisons entièrement confiance autant pour le sort du PDCI-RDA , que pour reprendre les rennes du pouvoir, que pour réconcilier les Ivoiriens. Pour remettre l’éléphant d’Afrique sur pied et le guider vers des oasis verdoyantes que Félix Houphouët-Boigny lui a montrées avant de quitter ce monde… Nous prenons l’engagement de faire à nouveau du Gontougo, un bastion solide du PDCI-RDA … ».

Au nom du vice-président Boa Thiémélé Edjampan, pour la région de l’Indénié-Djuablin (Abengourou-Agnibilékrou-Béttié), le porte-parole Bénié Brou Dakoi, a martelé : « nous ne nous laisserons pas intimider par l’aisance de ceux qui se croient sur une autre planète. Or, nous en Afrique et en Côte d’Ivoire, le temps demeure la mesure de toute chose. Que le père fondateur Félix Houphouët-Boigny et tous nos ancêtres nous bénissent et nous guident. Je voudrais inviter au courage et à la lutte car aujourd’hui notre parti apparait comme le parti des jeunes et ceux qui sont partis, n’emportent ni la compétence, ni l’expérience de ceux qui sont restés ».

Quant à la position de la région du Sud-Comoé (Aboisso-Grand-Bassam, Bonoua-Adiaké-Tiapoum) dite « zone Ezan Akélé », ce fut l’affaire de M. Anoma Kouao Magloire, délégué d’Aboisso 1. « Après avoir échoué dans leurs basses besognes de faire adopter les textes fondateurs du Rhdp unifié et de faire disparaître notre parti, le Pdci-Rda, certains de nos frères et sœurs, ont pris l’option de nous abandonner au profit d’une aventure hasardeuse et sans fondements militants. Du départ des transfuges, à l’aide de tambours et de trompettes, ces militants, non des moindres : Premier ministre, ministres, élus, directeurs généraux et hauts cadres de l’administration et du secteur privé ont créé des mouvements de soutien et de déstabilisation du pauvre Pdci-Rda.

Ainsi « Sur les traces » et « PDCI renaissance » et autres mouvements ont vu le jour. La zone Ezan Akélé particulièrement en a souffert d’autant plus que cette mascarade était menée et dirigée par de hauts responsables originaires de notre région, à coups de fortes sommes d’argent, ceux-ci ont multiplié caravanes, meetings, activités de dons, distributions de fiches d’adhésion auprès de nos militants. Mais, nous avons résisté, nos militants ont résisté. La base du Sud-Comoé n’a pas suivi… » a dit Anoma Magloire. Pour 2020, « la zone Ezan Akélé souhaite que la latitude soit laissée au président du parti, grand visionnaire, d’indiquer la direction à suivre », a-t-il ajouté. Pour lui, enfin, « la plateforme non idéologique est à « saluer et sonne comme un hymne à la réconciliation et à notre victoire en octobre 2020 ».

  •  
    89
    Partages
  • 89
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,
Articles liés

2019 | Afrik Soir | Tous droits réservés

Urgence Info