Côte d’Ivoire : Le maire de Béoumi contraint d’adhérer au RHDP pour éviter le syndrome Mangoua ?

Le rouleau compresseur du RHDP a-t-il eu raison du maire de Béoumi ? Tout porte à le croire. Après la détention durant des mois de l’un de ses adjoints et la récente arrestation de Jacques Mangoua, natif de Béoumi, Jean Marc Kouassi qui avait remis sa victoire municipale à Henri Konan Bédié, vient d’être contraint d’adhérer au RHDP.

« J’ai reçu ce jour à mon cabinet le maire de la commune de Béoumi, M. Kouassi Kouadio Jean Marc qui est venu m’informer de sa décision d’adhérer à la grande Famille du RHDP », a annoncé Sidi Tiémoko Touré, le ministre porte-parole du gouvernement ivoirien. Le concerné est resté, quant à lui, muet. Sur les images, il semblait distant, alors que ce jeune maire est habituellement jovial.

Le ralliement de Jean Marc Kouassi va sans doute faire sourire nombreux de ses partisans de Béoumi. En effet, il intervient dans un contexte de chasse aux cadres PDCI de la ville de Béoumi, par une justice qui peine à convaincre de son indépendance. En effet, avant Jacques Mangoua, c’est le troisième adjoint au maire, Kouadio Kouadio Kan qui avait été arrêté, alors qu’il clamait n’avoir rien eu à voir avec les affrontements inter-communautaires.

A lire aussi. Côte d’Ivoire : Manifestations à Botro et à Languibonou contre l’arrestation de Mangoua

Le procureur de Bouaké, Braman Koné, magistrat qu’il faut désormais suivre dans ses moindres décisions, a remis le couvert avec Jacques Mangoua, suivant le curieux principe de la présomption de culpabilité (il n’aurait pas pu prouver que les munitions retrouvées chez lui, et pour lesquelles il a lui-même informé les autorités, dénonçant l’action d’intrus qui les auraient déposés nuitamment dans la résidence de son village ; ne lui appartiendraient pas) qui ferait pair de honte tout magistrat intègre.

« Tout porte donc à croire que l’adhésion de Jean Marc Kouassi au RHDP a été faite sous la contrainte », tranche un proche de ce dernier qui rappelle que « c’est le prix à payer pour qu’on nous foute la paix, ces derniers mois ont été des moments interminables de pressions. Trop c’est trop ! »

Elvire Ahonon

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elvire Ahonon

Read Previous

« Nous suivons avec beaucoup d’intérêt tout ce qui se passe dans le pays » (Ambassadrice de Grande Bretagne en Côte d’Ivoire)

Read Next

Côte d’Ivoire : Communiqué du conseil des ministres du mercredi 02 octobre 2019

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *